Okashi (お菓子) : les bonbons, gâteaux et autres “mets secondaires”

Lors d’un exercice de traduction face à un mot comme okashi (お菓子), on est souvent embêté. En effet, il est quasiment impossible de lui trouver un équivalent en français. Cela peut être des gâteaux, des chips, des bonbons, des fruits secs… Comment définir ce mot ?

Étymologie de okashi et définition admise actuellement

Okashi s’écrit en japonais お菓子 où le préfixe honorifique o n’est pas nécessaire mais quasi systématique dans le langage courant. A l’origine, ce mot désignait en réalité les fruits, c’est à dire kudamono (果物) en japonais. Ce n’est que vers le 12ème siècle que l’on a commencé à importer des gâteaux de Chine à base de farine que l’on a inclus parmi les kashi. Aux alentours du 14ème siècle, les chagashi (茶菓子 “gâteaux accompagnant le thé”) étaient populaires auprès de l’élite japonaise.

Aujourd’hui, on classe les okashi parmi deux grosses catégories : les yôgashi (洋菓子 “gâteaux occidentaux”) et les wagashi (和菓子 “gâteaux japonais”). Celles-ci ne sont pas imperméables et il est difficile parfois de trancher. C’est le cas du fameux castella (カステラ) certainement importé d’Europe mais qui s’est japonisé avec le temps. A partir de quand peut-on donc dire que c’est “japonais” ?

Voici ce qu’on a dans la tête en général quand on pense à “okashi”. C’est en réalité encore plus large que ça ! 🙂

Plus complexe encore : la définition d’okashi dépend des habitudes alimentaires. En effet, on considère que ce sont des “mets que l’on mange en dehors des repas” et qui sont donc secondaires. Du luxe en quelque sorte ! Et d’une génération à l’autre, le contenu d’un repas classique peut changer. On peut ainsi trouver sur le net des japonais se demandant si on doit classer le pain dans la catégorie des okashi. Les réponses sont diverses même si le “non” semble obtenir la majorité.

C‘est pareil pour certains plats cuisinés comme les takoyaki (boulettes composées de pâte et de pieuvre grillée). Il est possible d’en préparer chez soi mais on les achète principalement dans la rue. Et il arrive souvent qu’on en mange en cas de petite faim, en dehors des repas. Certaines personnes n’hésitent alors pas à dire que ce sont aussi des okashiLa question se pose même pour certains fruits comme la banane. On répond toujours “non non non, c’est un kudamono !”. Pour encore combien de temps ? 😀

Sources : gogen-allguide (étymologie), zenkaren.net (définition), detail.chiebukuro (à propos de la question du pain)

Laisser un commentaire

Derniers messages du forum