Comme promis, on passe aujourd’hui à un sujet plus agréable avec le parfum. Celui-ci est souvent cité lorsqu’on parle du Japon car il n’aurait pas très bonne réputation parmi les japonais. Je vais aujourd’hui vous décrire dans un premier temps le mot kôsui (香水) puis donner quelques pistes afin d’expliquer le désamour du parfum au pays du soleil levant.

Origine du mot kôsui et image au Japon

Kôsui s’écrit en kanji 香水 où 香 signifie « bonne odeur » et 水 « eau ». J’ai toujours pensé qu’à l’instar de hanamizu (鼻水 « eau du nez = morve »), le kanji 水 signifiait plus généralement  « liquide comme de l’eau ». En réalité, c’est un peu plus subtil car 香水 désignait à l’origine non pas le parfum mais une « eau qui sent bon« . C’est celle qui sert pour la purification dans les temples bouddhiques où on emploie de l’arôme naturel à base de plantes. Surtout pas d’alcool donc ! De nos jours, on fait la distinction en prononçant cette eau aromatique kôzui à la place de kôsui.

Kôsui à gauche VS kôzui à droite

L’introduction des parfums comme on l’entend au Japon remonterait à la fin du 19ème siècle. A l’époque déjà, cela restait une curiosité du fait notamment de son prix élevé. Mais malgré une forte hausse du niveau de vie au Japon lors de la période de la haute croissance, le marché du parfum peine à se développer : en 2012, il atteint à peine 300 millions d’euros pour 120 millions d’habitants. Par comparaison, on est autour de 1,9 milliards d’euros pour la même année en France. C’est un fait, le kôsui n’a pas la côte et pire, on voit même des expressions comme kôsui kôgai (香水公害) littéralement « pollution au parfum« .

C’est un des reproches que l’on fait à ce produit de beauté : parfois oui, à trop forte dose, ça peut gêner. Il existe ensuite des théories comme quoi les japonais n’attacheraient pas la même importance que nous aux odeurs corporelles. Ce qui sous entend à chaque fois « ils ne dégagent pas d’odeur prononcé » avec tout plein d’explications : alimentation différente, faible pilosité... Je n’ai jamais été dans train bondé à Tokyô pour vérifier la chose ! :S. Je peux simplement dire que le cliché « les occidentaux mettent du parfum pour cacher leur mauvaise hygiène » a encore la dent dure aujourd’hui… :S

Sources : oshiete.goo (quelques théories), cs-lab.co.jp (marché du parfum au Japon)

Guilhem Walter

Rédacteur du site kotoba.fr, je vis au Japon depuis juillet 2012 et je m’intéresse de près à la langue japonaise et la culture à laquelle elle fait partie.