Irasshaimase (いらっしゃいませ) : je vous ai vu, merci d’être venu !

En France, il n’existe pas de formule politesse précise lorsqu’on entre dans une boutique ou un restaurant. Il est d’usage de se dire mutuellement “bonjour” mais ce n’est pas forcément automatique. Au Japon, il existe une formule qui ne s’emploie que dans un sens, c’est à dire du vendeur au client ou encore de l’hôte à son invité. Celle-ci, c’est irasshaimase (いらっしゃいませ). Quel est son rôle et que nous indique t-elle sur la société japonaise ?

Structure et fonction de irasshaimase

Irasshaimase est une formule que l’on retrouve quasi-exclusivement à l’oral et s’écrit en hiragana いらっしゃいませ. Il s’agit de la forme polie de irasshai (いらっしゃい) que l’on emploie dans un cadre moins formel. Par exemple, au moment où des invités franchissent la porte de la maison. On peut traduire ça par “bienvenu” voir “entrez donc !”. Il faut cependant toujours faire attention à ne pas surinterpréter cette formule et gardez en tête le fait qu’elle est “automatique”. Sa fonction est principalement phatique, c’est à dire assurer que la communication passe bien.

Si vous êtes invité chez un japonais, il faudra alors répondre ojama shimasu (お邪魔します) littéralement “je provoque un dérangement” (voir article sur jama). Là encore, il faut y voir un simple code de politesse afin que le courant passe. Mais venons à la formule qui nous intéresse aujourd’hui, irasshaimase. Pour rappel, elle s’emploie uniquement dans un lieu où s’établit une relation vendeur/hôte/serveur –> client. Cela peut être un supermarché, une salle de concert, un restaurant… Son rôle est multiple : il s’agit en premier lieu d’exprimer explicitement sa reconnaissance au visiteur. Mais cela peut être d’indiquer simplement qu’on a remarqué sa présence voir de créer une atmosphère chaleureuse.

On n’oublie pas la courbette ! Si vous travaillez dans un centre commercial japonais, il faudra la réaliser parfois plus de mille fois dans la journée. Ouch…

A la différence de irasshai, on n’attend aucune réponse du client. Il entre et se tait, chacun son rôle ! Cet état de fait se confirme lors du passage en caisse. Il n’est en effet pas dans les mœurs de dire bonjour à un caissier (sauf si vous êtes un habitué). C’est toujours déstabilisant au début pour un étranger et nombre d’entre nous ont déjà répondu irasshaimase à un vendeur pensant que c’était l’équivalent de “bonjour”. Perdu… 😀

Sources : bloom-dream (à propos de la fonction de irasshaimase)

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur whatsapp
WhatsApp
Partager sur email
Email

2 réponses

Laisser un commentaire

Articles par mois
Derniers messages du forum