Le japonais dans tous les sens

Ginkô (銀行) : la banque, c’est l’endroit où se rend l’argent ?

Si je devais définir ce qu’une une banque à un enfant, je lui dirais simplement “c’est le lieu où on va pour placer ou retirer son argent”. Sauf qu’en réalité, on se rend très rarement physiquement dans une banque pour ce genre d’opération puis il existe en plus depuis un certain temps des banques en ligne. (◉۝◉)
En japonais, c’est le mot 銀行 (ginkô) qu’on emploie pour désigner le concept de banque. Pourquoi s’écrit t-il avec les kanjis 銀 (argent en tant que métal) et 行 (aller) ?

Origine du mot ginkô et ancienne terminologie au Japon

Commençons parce ce qui est presque certain : le mot 銀行 (ginkô) est apparu pour la première fois à l’écrit au Japon durant l’année 1871, c’est-à-dire au début de l’ère Meiji. Cela ne signifie pas qu’il n’y avait pas pas de système bancaires auparavant au Japon puisqu’il existait les 両替屋 (ryôgaeyaou 両替商 (ryôgaeshô). Pour faire simple, il s’agissait d’échoppes (d’où les kanjis 屋/商) dont la fonction principale était de faire le change (両替), de l’or contre de l’argent par exemple. Mais il était également possible de déposer de l’argent donc on peut dire qu’elles avaient  plus ou moins le statut de banques.

Représentation d’un ryogaeya sous Edo 

Si on a préféré opter pour une autre terminologie dans les années 1870, c’est parce que le système bancaire japonais va être centralisé en s’inspirant de celui présent en Occident avec le concept de banque nationale (国立銀行 kokuritsu ginkô). Il fallait alors une traduction adéquate au mot “banque” et il y a eu deux principales propositions : 金行 (kinkô où 金 = or) et 銀行 (ginkô où 銀 = argent). On aurait préféré le second probablement parce que c’était plutôt l’argent qui circulait au Japon à l’époque (on trouvait d’ailleurs de grandes mines d’argent comme Iwami Ginzan). L’autre hypothèse est que ginkô se prononcerait plus facilement que kinkô.

Par ailleurs, le kanji 行 s’interprète ici avec le sens “commerce”, ce qui est surtout courant en chinois. C’est pourquoi on peut voir le mot ginkô comme un emprunt du chinois, d’autant plus qu’il est apparu en premier en chinois quelques années plus tôt (1867 selon le dictionnaire Nihon kokugo daijiten). Cela invaliderait donc ce que j’ai écrit dans le précédent paragraphe mais comme l’hésitation entre kinkô et ginkô (qui s’imposera définitivement dés 1877) était vraiment réel, certains affirment que le terme “emprunt” serait trop fort. Je vous laisse seul juge ! ໖_໖

Pour finir cet article sur l’usage du mot ginkô, il faut savoir qu’il ne fait pas uniquement référence à l’argent puisqu’il peut aussi désigner un endroit où on collecte d’autres éléments. Par exemple, une banque de sang se dit 血液銀行 (ketsueki ginkô) en japonais.

Autres sources : livre “The development of Japanese Business : 1600-1973 page 29-30(à propos du fonctionnement des ryogaeya), site internet gogen-yurai (étymologie), dl.ndl (illustration)

Articles similaires

Laisser un commentaire

Précédent
Suivant