Daikokubashira (大黒柱) : le pilier central soutenant le foyer

Le pilier, c’est la sorte de grosse colonne ronde ou carré qui sert à soutenir un édifice ou du moins une de ses parties. Vu son rôle d’appui important, il a pris le sens figuré de “élément indispensable”, un joueur qui est le pilier d’une équipe par exemple.
En japonais, on se sert habituellement de 柱 (hashira) pour traduire “pilier”. Toutefois, j’ai choisi aujourd’hui de vous parler d’un pilier particulièrement symbolique, le 大黒柱 (daikokubashira). D’où lui vient ce nom ?

Étymologie et description du daikokubashira

Si je devais donner une traduction littérale sans faire de recherches pour 大黒柱, j’aurais dit à l’instinct “le grand (大) pilier (柱) noir (黒)“. Toutefois en allant chercher des photos sur le net, on s’aperçoit qu’il n’est pas forcément noir ou même foncé car il est composé en général de zelkova (ケヤキ keyaki), un bois qui peut être marron clair. L’hypothèse la plus probable et la plus souvent retenue est ainsi celle du dieu bouddhiste Daikoku (大黒天 daikokuten). Il tiendrait son nom du fait qu’il était immense avec une expression de colère suggérant le noir. Mais ce serait son rôle de protecteur qui aurait donné naissance au terme daikokubashira.

Car ce pilier, ce n’est pas n’importe lequel dans la maison, c’est celui principal qui est censé soutenir tout l’édifice. Enfin, ce n’est plus vrai depuis un certain moment mais on continue par coutume placer le daikokubashira en plein milieu (voir photo de gauche), ce qui lui donne ce rôle symbolique de pilier du foyer. C’est pourquoi d’ailleurs il a fini par désigner avec le temps la personne ayant le rôle le plus important dans la maisonnée. Mon dictionnaire indique entre parenthèse “稼ぎ手 (kasegite)“, c’est dire à celle qui rapporte l’argent. C’était peut-être vrai au début mais de nos jours, on l’emploie aussi pour une équipe, par exemple チームの大黒柱 (chîmu no daikokubashira).

Autrement pour revenir à notre pilier en lui-même, on peut citer la coutume où on le décore avec des 繭玉 (mayudama) durant le nouvel an. Ce sont des petits gâteaux comme des 団子 (dango) que l’on a enveloppé dans des cocons en soie ou papier. Ce qui donne quelque chose comme ça :

Sources : Gogen-allguide (étymologie), Kotobank (dictionnaires et encyclopédies japonaises)

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur whatsapp
WhatsApp
Partager sur email
Email

Laisser un commentaire

Articles par mois
Derniers messages du forum