Nankinjô (南京錠) : le cadenas, une “serrure de Nankin” ?

Si vous vous intéressez au passé du Japon et plus particulièrement aux périodes de guerre, vous avez sans doute entendu parler de la controverse politique qui existe autour du massacre de Nankin ayant eu lieu en 1937. Je n’aborderai pas ce sujet aujourd’hui mais un mot japonais qu’on pourrait assimiler à la ville car il s’écrit 南京錠 (nankinjô), littéralement “serrure de Nankin”. Existe t-il vraiment un lien quelque part ?

Origine et analyse du mot nankinjô

La ville de Nankin qui s’écrit en chinois comme en japonais 南京 (avec parfois le suffixe 市 de la ville pour ce dernier) et son nom de “capitale (京) du sud (南)” viendrait du fait qu’elle était la capitale de la Chine vers le 10ème siècle. Toutefois, bien que de nos jours au Japon 南京 seul fasse référence à la ville, il semble que cette dénomination soit assez récente. En réalité, comme l’indique les dictionnaires japonais tel que le Daijisennankin faisait plutôt allusion autrefois à des petits objets/aliments/animaux venant de l’étranger, en particulier de Chine et Asie du sud.

On a ainsi eu une mode linguistique durant l’époque d’Edo (1603-1868) où beaucoup de mots se sont vu attribuer le préfixe nankin. C’est le cas par exemple de la punaise (de lit) qui se dit 南京虫 (nankin-mushi) car on pense qu’elle vient de l’étranger (bin voyons !). On a encore 南京豆 (nankin-mame) pour les cacahuètes, 南京鼠 (nankin-nezumi) qui correspond à une petite souris blanche venant de Chine… Tout ça pour dire que 南京錠 (nankinjô) suit cette logique et renvoie à une petite serrure (錠 ) venant de l’étranger et plus précisément au cadenas. 戸に南京錠をかける (to ni nankinjô wo kakeru) : fermer une porte au cadenas.

Bref, il n’y a donc apparemment aucun rapport entre tous ces mots et la ville de Nankin. On voit là une nouvelle fois que les kanjis peuvent induire en erreur, un composé étant parfois polysémique. Je termine juste sur le mot 錠 qui dans son sens large signifie aussi bien serrure que cadenas car il désigne un “système s’ouvrant et se fermant avec une clé afin de protéger un contenu”. Nankinjô est donc simplement plus précis mais reste assez employé de nos jours.

Sources : crd.ndl (étymologie), Kotobank (dictionnaires japonais)

 

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur whatsapp
WhatsApp
Partager sur email
Email

7 réponses

  1. Merci beaucoup d’avoir fait cet article qui a éclairé ma lanterne. Par ailleurs pourriez-vous expliquer toutes les différences qu’il peut y avoir entre les kanji signifiant ville. Entre 市 町 都会 市内 タウン car on s’y perd un peu tout comme avec chemin il y a trop de kanjis signifiant la même chose mais il doit y avoir des subtilités! Ps L’appli refonctionne de nouveau pour information. Merci encore

    1. C’est une bonne chose que l’appli refonctionne chez vous (vraiment problématiques ces bugs…)
      Concernant les mots sur la ville, plutôt qu’un article classique, je verrais bien une vidéo Youtube accompagnée d’un billet.
      Je comptais en proposer par thème avec avec la question “c’est quoi la différence entre ??” donc ça conviendrait bien là.
      On verra si j’arrive à trouver le temps par contre. :S

  2. J’ai la même question pour tous ces termes désignant la ville et j’avoue m’y perdre aussi notamment en travaillant mon vocabulaire…
    Merci pour ces articles qui contribue autant a nous faire connaître la culture japonaise que la richesse de son vocabulaire

    1. Franchement, je ne saurais pas vous dire, cela dépend de vos centres d’intérêt. Si vous aimez la géographie et que connaître les différentes villes japonaise vous paraît utile, je dirais “oui” car on apprend plus vite les kanjis dans des mots qu’on utilise. Maintenant le soucis avec les villes et quartiers, c’est qu’il y a principalement des lectures japonaises (kun) donc si vous voulez connaître celles sino-japonaises (on), il faudra le faire à côté.

      Bref, moi je me souviens que j’essayais d’apprendre un mot par lecture du kanji, ce qui oblige parfois à apprendre des mots peu courants. Depuis, j’ai du en oublier pas mal, c’est certain. J’ai du mal à définir ce qui est “nécessaire” pour ce qui est des kanjis car on dispose de plus en plus d’outils (comme rikaikun/rikaichan) permettant de lire le japonais sur un navigateur sans avoir la nécessité de connaître à fond ses kanjis…

Laisser un commentaire

Articles par mois
Derniers messages du forum