Le japonais dans tous les sens

Nakanaka (なかなか) : C’est mieux que je l’aurais cru !

Petite annonce avant de débuter cet article : l’ancien système de commentaires refait son apparition puisque la solution Disqus apportait finalement plus de problèmes qu’elle n’en résolvait. En attendant un autre système, on s’en contentera ! ^^

Tiens, c’est pas mal du tout ! C’est plutôt bon ! On peut dire que c’est encourageant !
Ces trois propositions ont un point en commun : elles renvoient certes à quelque chose de positif mais de manière nuancée. Cela pourrait être mieux comme être pire. C’est justement ce qu’on retrouve dans les grandes lignes avec nakanaka (なかなか) avec quelques petites nuances. C’est parti pour l’analyse ! 🙂

Analyse de l’expression nakanaka et exemples d’usage

Nakanaka possède une écriture en kanjis 中中 ou 中々 mais s’écrit le plus souvent en hiragana なかなか. La raison est qu’avec cette expression, les kanjis peuvent induire en erreur. En effet, naka (中) signifie dans son sens premier “intérieur/dedans”. Et comme nakanaka n’a pas grand chose à voir, l’information utile qu’aurait pu apporter ce kanji ne l’est pas ici. Il existe bien sûr un lien mais il faut alors remonter au sens étymologique où naka était proche de chûto (中途 “à moitié/entre les deux). Encore faut-il le savoir !

Quoi qu’il en soit, nakanaka est plutôt complexe à interpréter puisque qu’il dépend surtout du locuteur. Les dictionnaires japonais donnent ainsi comme définition “quand le niveau est meilleur/plus élevé que prévu“. Nakanaka ii/yarun janai ka (なかなかいい/やるんじゃないか) : c’est pas mal/tu te débrouilles bien !
Là où c’est délicat, c’est que les japonais auraient tendance à ne pas en faire trop quand ils complimentent. Du coup, il faudra être attentif à l’intonation et à l’expression du visage afin de démêler le vrai du faux. Courage ! 😀

Employée avec une tournure négative, notre expression du jour prend une tournure particulière puisqu’elle pointe en particulier l’état d’avancement des choses qui serait trop lentDensha ga nakanaka konai (電車がなかなか来ない) : le train met du temps à venir. Là encore,  cela dépend surtout du point de vue du locuteur qui voudrait que ça aille plus vite.
Nakanaka owaranai ne (なかなか終わらないね) : ça traîne en longueur/ ça n’en fini plus. Désolé si ça a été le cas avec cet article… 😀

Sources : fleapedia (explications sur nakanaka), kotobank (dictionnaires japonais)

Articles similaires

10 réponses

  1. J’ai une petite question sans rapport avec l’article mais ça me titille depuis longtemps: comment ça se fait que certains kanji se prononcent différemment selon qu’ils soient employés seuls ou associés à d’autres ? Ou alors juste leur lecture qui change. Par exemple ya pas longtemps je re-regardais un manga et un des personnages s’appelle watanuki 四月一日君尋 pourtant ou peut aussi le prononcer 1er avril (shigatsu tsuitachi)… Sinon article intéressant

    1. Ce n’est pas certains kanjis en fait, c’est la très grosse majorité des kanjis. Chaque kanji a en effet plusieurs prononciations en général, une importée de Chine (lecture on) et une japonaise qui s’est ajouté après (lecture kun). Cela s’explique notamment par le fait que quand les kanjis ont été importés au Japon, il y avait déjà une langue orale (pour l’écriture, je ne sais pas). Donc on a simplement assigné des mots déjà existant en japonais aux dessins. Par exemple, on avait déjà le mot hito (ひと) pour désigner une personne. Et lorsque le kanji 人 a été importé, on lui a simplement assigné la lecture hito vu qu’il représente justement un être humain.
      Après il me semble qu’en chinois aussi, chaque kanji a plusieurs prononciations étant donné que la langue évolue. Il suffit qu’un écrivain recopie en faisant une erreur aussi pour qu’elle rentre dans l’usage. S’ajoute à ça que la plupart des kanjis sont polysémiques (plusieurs sens) et que parfois, un sens = une prononciation.

  2. Bonjour, est-ce que l’on n’approche pas de “franchement”? Je l’utilise bien pour ce qui est mieux que prévu. Et aussi l’inverse. Du coup c’est un peu ce qui vient de l’intérieur ! Même si ce n’est pas l’étymologie, ça aide. NB: petite coquille sur “le temps’

    1. Honnêtement, la seule chose que je peux dire, c’est que j’ai pu lire sur plusieurs sites japonais que nakanaka était assez ambigu. Notamment pour ce qui est des compliments, disons qu’il a un côté passe partout qui le rend tiède. Cependant, si on vous complimente avec ce terme, ça ne veut pas dire pour autant qu’il faut le prendre mal. Juste que la personne n’a pas forcément envie de se mouiller quoi…
      “Franchement” serait pour moi un peu exagéré comme traduction car il est bien plus direct. En fait, on est plus proche de “assez/très/relativement”. Kono mondai ha nakanaka muzukashii (この問題はなかなか難しい) : ce problème est assez difficile.
      Bref, je ne pense pas qu’on puisse trancher sur une traduction idéale, le contexte ayant comme toujours une grande importance.

      Cet article sur le sujet est assez intéressant : http://xn--n8jtcug9751a.net/archives/4436
      Je ne sais pas si l’auteur ne généralise pas trop mais il est écrit que lorsqu’ils félicitent, les japonais vont rarement employer des termes comme subarashii ou encore sugoi. Parce que ça peut être gênant pour l’autre donc on préférerait dans ce cas “ne pas en dire trop”. Et hop, un nakanaka par ci et un nakanaka par là. Hors on est pas franc pour le coup, c’est pour ça que “franchement” me gêne. Alala, c’est complexe le japonais… :p

      1. Effectivement ! J’avais oublié ce point culturel. On ne dit jamais un avis tranché au Japon. Donc, même si ça y ressemble, ça ne peut pas être Franchement. Relativement, me semble bien adapté. Merci pour ces précisions !

  3. Bonjour, j’ai une petite question concernant le mot 中々 qui dans mes livres signifie “facilement” est-ce encore une autre traduction?

    1. Alors en fait, cela correspond au sens deux que j’ai décrit sauf que moi je me suis focalisé sur le temps (qui traîne). Les dictionnaires aussi indiquent comme sens “facilement” (yôi ni 容易に) mais en précisant “dans une proposition négative”. Ce qui fait que du coup, cela donne au final “difficilement/avec difficultés”.
      Par exemple, なかなか眠れない (nakanaka nemurenai) signifie “j’ai du mal à dormir = je n’arrive pas facilement à dormir”.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Derniers messages du forum
Jean
Transcription Kanbun
chacha21
Te-form et jisho.org
Kotoba
Demande de traduction