Jigô-jitoku (自業自得) : tu l’as bien cherché!

“Tu l’as bien cherché!”. Cette semaine on va apprendre un petit 四字熟語 plutôt passe-partout pour briller pendant les conversations: jigô-jitoku (自業自得) !

Littéralement, un 四字熟語 (yojijukugo) est un “terme composé de kanji” (熟語) formé à partir de “4 caractères” (四字).
Pour plus d’informations, vous pouvez consulter le très bon article de Wikipedia sur le sujet.

自業自得: analyse et sens

Sans trop rentrer dans les détails le kanji 業 a deux sens, avec pour chacun une lecture kun différente:

  • travail/études (gyô) comme dans jugyô (授業), sotsugyô (卒業), sagyô (作業)
  • action/comportement (gô), et sera la plupart du temps utilisé seul

Dans notre cas, on peut comprendre 自業 comme “nos propres actions”.

La seconde partie 自得 signifie “subir soi-même les conséquences”, elle est composée du kanji 得 qu’on voit assez souvent et dont le sens est résultat/obtention.
On pourrait donc traduire littéralement 自業自得 comme voulant dire “subir soi-même les conséquences de ses propres actions”.

De nos jours, comme en français, on n’utilise ce terme que d’une manière négative, comme quand par exemple un étudiant se plaint d’avoir raté son test alors qu’il n’avait pas révisé ou quand, comme par un coup du destin, nous devons faire face aux conséquences de mauvaises actions antérieures qui resurgissent.

Le destin justement, parlons-en!
Le mot 自業自得 vient du Bouddhisme, et à l’origine il n’avait pas cette connotation négative. Faire le “bien” était récompensé et à l’inverse, faire le mal n’apporte que de mauvaises choses. De manière générale, nos actions déterminent notre destin.

自業自得 : exemples d’utilisation

30年間タバコを吸い続けて肺がんになるのは、自業自得かもしれない。
30 nenkan tabako wo sui-tsudzukete haigan ni naru no ha, jigô-jitoku kamo shirenai.
Contracter un cancer des poumons après avoir continué de fumer pendant 30 ans, il l’a peut-être bien cherché.

ギーエムくんは夜ずっとゲームしていたから試験に落ちた。これは自業自得に違いない!
Guilhem-kun ha yoru zutto ge-mu shiteita kara shiken ni ochita. kore ha jigô-jitoku ni chigai nai!
Guilhem a passé toute sa soirée à jouer et a échoué son examen. On ne peut pas dire qu’il ne l’a pas cherché!


Sources :
1kara.tulip-k.jp (à propos du bouddhisme), yain.jp (description du yoji-jukugo)