Le japonais dans tous les sens

Daijôbu (大丈夫) : il n’y a pas de danger, c’est du solide !

Voilà 5 ans que je tiens ce blog et je n’avais fait aucun article sur 大丈夫 (daijôbu). C’est pourtant un incontournable au Japon et je l’ai moi-même employé hier pour demander à un cycliste s’il allait bien. Pour la petite histoire, il avait trébuché en cherchant à me doubler sur la droite alors que je tournais précisément à droite. On peut dire que j’ai employé dans cette situation daijôbu dans son sens le plus “accepté” mais on va voir aujourd’hui qu’il faut être vigilant paradoxalement avec lui. Pas de danger qu’il disait ? ^^

Origine et présentation du mot daijôbu

Pour avoir une idée de l’étymologie de 大丈夫, il suffit de regarder ses kanjis. Enfin, il fait être conscient que 丈夫 (jôbu) signifie “solide/vigoureux” puis rajouter le kanji 大 (grand/beaucoup), ce qui donne… “Très solide/très vigoureux”. Selon le Nihon kokugo daijiten donc, daijôbu s’employait au départ pour désigner les jeunes hommes bien vigoureux. C’était surtout dans le but de les complimenter, d’où le kanji 大. Imaginez un peu les conversations à l’époque (XIIIe siècle) : “うああ、すごい、大丈夫ね ! いや、丈夫なだけ、 冗談(じょうだん)はやめてよ”. Traduction : “ouahh, incroyable, il est trop daijôbu ! Nan, je suis juste jôbu, arrêtez vos blagues ! |ω`)

Puis petit à petit, son champ d’application s’est diversifié pour désigner tout ce qui avait l’être très solide (en dehors des hommes aux muscles saillants). Pour faire simple, entre le 16ème sicèle et le 19ème siècle, 大丈夫 et 丈夫 s’employait à peu de choses près dans le même sens (solide). Ce n’est qu’au début de l’ère Meiji (vers 1870) qu’une scission nette se formera entre les deux mots où daijôbu finira par faire principalement référence à l’absence de danger, d’inquiétude, d’erreur… Typiquement, on demande 大丈夫ですか ? (daijôbu desu ka ?) pour s’assurer que l’autre va bien (après une chute par exemple), qu’il n’y a pas d’erreur ou encore qu’il est ok avec telle ou telle chose.

Ce dernier va alors répondre 大丈夫です (daijôbu desu) et la boucle est bouclée. Bon en ce qui me concerne, le cycliste avait déguerpi sans répondre à ma question (la gêne sans doute…). (´∀`)
Mais notre mot du jour possède des facettes bien plus sombres : le syndrome 結構 (kekkô) et 真面目 (majime). Laissez moi vous expliquer !

“C’est du solide là-dedans, pas d’inquiétude les filles ! Oo”

Les dangers à éviter avec daijôbu

Je commence par le premier danger le plus courant qui est le syndrome kekkô. Comme je vous l’avais décrit dans l’article concerné, ce terme signifie à la fois “bien fait/beau/excellent (= qui me va bien) et “non merci”. Alors c’est vrai qu’on arrive à faire la distinction en fonction du contexte mais il y a des cas où ça reste ambigu, ce dont profite les arnaqueurs pour embrouiller leurs victimes (tu as dit que ça t’allait non ??). Ce n’est pas si différent dans le fond du français “ça ira merci” qui possède les interprétations “non merci” et “oui ça me va”. Eh bien dans la même logique, si on vous propose à la caisse un sac plastique et que vous répondez simplement par 大丈夫です (daijôbu desu), cela sera considéré comme un refus.

Là c’est plutôt évident car on comprend que le daijôbu signifie “ne vous inquiétez pas, je me débrouillerai sans”. Sauf qu’il existe des situations plus complexes et je vais vous en exposer une intéressante. Imaginons que votre collègue s’est vu offrir plein de friandises très sucrées et que comme il n’est pas trop sucré, il décide de vous en proposer une. Si vous dites un truc du style “あ、僕、大丈夫です” (a, boku, daijôbu desu)”, il existe deux interprétations possibles. Soit c’est un refus (= “non moi, ça ira“) soit c’est une précision quant au fait que les sucreries, ça vous va (= “pour moi, il n’y a pas de soucis, balance !“).

Le second syndrome majime est qu’il faut éviter en général d’employer daijôbu pour complimenter. Cela paraît évident mais croyez moi, quand on vit au Japon, on a tendance à répondre avec ce mot en mode pilote automatique. Je m’étais fait avoir il y a quelques années (je me fais plus avoir désormais !) quand ma femme m’a demandé si son plat était bon. “oh t’inquiètes pas, daijôbu, daijôbu“. Sauf que c’est le genre de réponse fade qui a plutôt tendance à énerver et je crois d’ailleurs qu’elle m’avait répondu 大丈夫じゃない ! (daijôbu janai !). (;人;)

Source de l’illustration : Musique photo créé par master1305 – fr.freepik.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Précédent
Suivant