Boku (僕) : Un “je” qui a perdu de sa modestie !

Comme vous le savez probablement tous, il existe de nombreux pronoms personnels utilisés dans le langage courant en japonais. Pour la première personne, on avait vu watashi et ore qui expriment tous les deux un “je” différent. Aujourd’hui, c’est boku (僕) qui est à l’honneur. Comment a-t-il évolué et dans quels contextes l’emploie t-on ?

 Evolution de boku et usage actuel

Boku s’écrit en kanji 僕 qui signifie originellement “serviteur/domestique”. On le retrouve ainsi dans les mots jûboku (従僕 “serviteur”) et kaboku (家僕 “domestique masculin”). On le prononçait autrefois yatsugare avec pour signification “je/moi” mais dans des situations qui exigeaient un haut degré de modestie. Le serviteur envers son maître par exemple. Cette prononciation n’est plus employée aujourd’hui.

C’est vers la fin du 19ème siècle que les militaires puis les étudiants de l’époque se sont emparés de ce kanji. Il a fini peu à peu par se lire boku comme c’est le cas actuellement. Et surtout, son emploi s’est inversé : désormais, il est mal vu d’y avoir recours en s’adressant à un supérieur. On le réserve en règle général à un cadre privé à l’instar d’oreBoku ha shirowain ni shimasu (僕は白ワインにします) “Pour moi, ça sera du vin blanc.”. Dans tous les cas, il est très rare de le voir sortir de la bouche d’une femme même si ce n’est pas impossible.

Un homme fragile à lunettes : voici l’image véhiculé par un film japonais sur “boku”. :S

Pour aller vite, on peut dire que les hommes “modestes” et “gentils” ont souvent recours à ce pronom personnel. On a également l’image d’un enfant qui n’est pas très sûr de lui. Certains vont même jusqu’à déclarer que c’est réservé aux hommes efféminés voir homosexuels  ! Vu comme ça, on a l’impression qu’il vaut mieux l’éviter ! :S

Dans la réalité, c’est un peu plus complexe : une même personne peut avoir recours à boku en parlant à une femme (pour paraître gentil) et ore avec un ami. Il faut savoir la jouer stratégique ! De plus, il ne faut pas oublier qu’il existe des différences d’usage régionales voir locales. Boku a très certainement une portée différente que l’on soit à Tokyo ou à Osaka A vous de faire la part des choses et d’observer les japonais autour de vous ! 🙂

Sources : ja.wikipedia (les pronoms personnels de la première personne), matome.naver (avis de différents japonais sur l’usage)