Asobu (遊ぶ) : s’amuser, c’est ne pas travailler ?

Le choix de kotoba.fr s’est cette fois ci porté sur un verbe qui peut être source de malentendu pour beaucoup de francophones : asobu. Celui-ci a un sens très large et bien qu’on le traduit généralement par “s’amuser” en français, nous allons voir que ce n’est pas tout à fait la même idée au Japon.

Origine du verbe asobu et concept japonais

Asobu s’écrit en japonais 遊ぶ où le kanji 遊 qui renvoie à l’amusement mais aussi à l’oisiveté. On avait pour habitude d’utiliser ce mot autrefois pour les arts du spectacle (geinô), la chasse, le chant, les voyages… Tout ce qui en quelque sorte ne relevait pas du travail dans le sens propre du terme.

Mais on ne peut pas réduire ce verbe à ça. En effet, il n’évoquait pas pour les japonais d’autrefois forcement du plaisir ou de l’amusement. Il désignait plutôt tout ce qui consistait une activité “inhabituelle”. La vie quotidienne étant remplie de labeurs, tout le reste correspondait donc à asobu. Le semble fait de respirer anormalement était donc considéré comme asobu.

Emploi de asobu au Japon aujourd’hui

D’un côté, on peut constater que le verbe a évolué pour se rapprocher de l’anglais “to play” (テレビゲームで遊ぶ Terebi gêmu de asobu : jouer au jeu vidéo). Toutefois, les japonais l’utilisent aussi avec la signification “ne rien faire, passer le temps”. Pour l’anecdote, Amélie Nothomb l’évoque dans son livre Ni d’Ève ni d’Adam. Elle  y décrit ainsi une situation dans laquelle des japonais emploient le verbe asobu pour finalement rester assis chacun tranquillement dans leur coin sans jouer tous ensemble.

On est donc bien loin de la définition de “s’amuser” qui requiert davantage une activité qui demande une participation active, jouer à un jeu de société par exemple. Attention donc lors de la traduction, tout particulièrement quand ce verbe est à la forme progressive en te-iru. Par exemple, asonde iru seikatsu (遊んでいる生活) renvoie surtout à une vie inactive/désœuvré de quelqu’un qui ne travaille pas.

Sources : d.hatena, ja.wikipedia

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur whatsapp
WhatsApp
Partager sur email
Email

2 réponses

  1. du coup, Est-ce que les vers asobu est employé tout seul lorsqu’il désine l’amusement ou est-il accompagné de l’activité qui a provoquer l’amusement. Nous, nous pouvons dire : “cet après-midi je me suis amuser” mais en japonais cet phrase risque d’avoir plusieurs sens, d’où ma question.

    1. Heu… en japonais, pour dire “je me suis amusé cet après-midi”, on emploie surtout l’adjectif tanoshii (donc tanoshikatta par exemple) et son verbe lié (tanoshimu qui donne tanoshinda à la forme accomplie). Asobu employé seul peut effectivement être ambigu donc il vaut mieux l’accompagner d’une activité je pense oui.

Laisser un commentaire

Articles par mois
Derniers messages du forum