Le japonais dans tous les sens

Oshaburi (おしゃぶり) : la tétine que l’on suce

Le mot tette désigne dans son sens large un bout de la mamelle des animaux. Celui-ci serait à l'origine de tétin (même sens mais qui concerne les humains), téton, téter ou encore tétine. Comme le seul rôle qu'il reste à la tétine est de se faire sucer, on appelle aussi cette dernière la sucette. D'où une mortalité infantile en hausse dans toute la France où ça se termine par "tu ne m'avais pas demander de lui donner une sucette ?" de la part du mari. (‘◇’)

J'arrête avec mon humour douteux car le mot おしゃぶり (oshaburi) aimerait bien que je le présente. Allons-y !

Origine du mot oshaburi et termes dérivés

Si vous suivez le blog depuis le début, vous aurez sans doute repéré le préfixe お (o) qui indique souvent qu'on a affaire à un élément familier. お茶 (ocha "thé"), お金 (okane "argent"), おなら (onara "pet")... Et comme pour onara qui vient de narasu (鳴らす "faire sonner"), oshaburi provient du verbe しゃぶる (shaburu) signifiant "sucer". Par exemple, on dit 親指をしゃぶる (oyayubi wo shaburu) pour le fait de sucer son pouce ou bien 飴をしゃぶる (ame wo shaburu) pour la sucette/bonbon dur que l'on suce. Il n'y a donc pas de rapport étroit avec un téton comme pour tétine et on pourrait supposer que oshaburi désigne dans son sens large "la chose qu'on suce".

En réalité, notre mot du jour est assez récent (début du 20ème siècle), ce qui correspond plus ou moins à l'introduction des premières tétines au Japon (avec la forme que l'on connaît). Son emploi était donc très lié à l'objet et cela n'a pas vraiment évolué jusqu'à nos jours. Ainsi utilisé seul, oshaburi désigne à 99% du temps la tétine. おしゃぶりをつけたまま寝る (oshaburi wo tsuketa mama neru) : dormir avec la tétine à la bouche. On peut noter cependant qu'il existe une friandise assez célèbre sous forme d'algue appelée おしゃぶり昆布 (oshaburi konbu). C'est assez salé et on y ajoute généralement du umeboshi pour donner encore plus de goût. On a bien des bâtons de réglisse nous... (・・;)

Pour revenir à la tétine de bébé, elle n'a apparemment jamais eu une bonne image au Japon et depuis 2006, le ministère de la santé déconseille officiellement son usage. Le débat ressemble à celui qu'on peut avoir en France : "il peut devenir dépendant", "ça peut déformer la mâchoire"... Toujours en 2006, on estimait au Japon à environ 28% le nombre de bébés (moins de 2 ans) utilisant un oshaburi. Je rappelle qu'on est plutôt autour de 70% en France et ça confirme bien l'impression que j'avais, à savoir qu'on la voit très rarement.

Autre source : Ja.wikipedia (généralités)

Guilhem Walter

Guilhem Walter

C'est moi le rédacteur (actuellement unique) du blog Kotoba.

0 réaction

Derniers messages du forum