Le japonais dans tous les sens

Kyaku (客) : L’invité, le client, le… dieu ?

On a l'air fin en France quand on dit "le client est roi" quand on voit comment celui-ci est traité. Bon d'accord j'exagère, il y a pire que chez nous. Mais il y a aussi mieux comme au Japon par exemple tiens. Qu'est ce qu'un kyaku (客) et comment s'adresse t-on à lui ?

Définition de kyaku et réflexion sur ses dérivés

Kyaku s'écrit avec le kanji 客 qui peut s'employer seul mais aussi en tant que suffixe et préfixe. Par exemple, senkyaku (船客) pour le passager dans un bateau, kankyaku (観客 "visiteur qui regarde") pour le spectateur/public ou encore kyakuseki (客席) pour la place réservée à un passager/spectateur. Ce qu'il faut retenir principalement, c'est que le kyaku est quelqu'un à qui on se doit d'attacher une importance particulière. C'est souvent avec un intérêt commercial mais pas exclusivement : l'invité, l'hôte, le client, le spectateur, le passager, le consommateur...

On arrive en général assez facilement à saisir ce mot japonais en tant que français car on partage plus ou moins les mêmes valeurs. On essaye par exemple de faire en sorte qu'un invité soit à son aise. La principale différence se situe selon moi au niveau du degré de traitement, surtout depuis l'époque de la bulle économique. Il semble en effet que c'est à ce moment là qu'on a commencé à utiliser un peu partout la formule okyakusama (お客様) pour s'adresser aux clients.

Jusqu'ici, elle était réservée dans les boutiques ou hôtels de luxe, sama étant un suffixe à haut degré de respect. Au supermarché ou dans un café, c'était l’appellation okyakusan (お客さん) moins "pompeuse" qui était la norme. Mais durant la bulle, le client avait un tel pouvoir d'achat qu'on faisait tout pour le brosser dans les sens du poil. Et sama a finit rapidement par s'imposer. Aujourd'hui, on peut trouver sur le net certains japonais dénoncer le ridicule de cette expression. Cependant, elle est tellement rentrée dans la norme qu'on l'emploie de manière automatique ! Si bien que certains clients s'y croient vraiment et n'hésitent pas à profiter de leur position... :S

Sources : kotobank (dictionnaire en japonais), detail.chiebukuro (à propos des clients se croyant tout permis)

Guilhem Walter

Guilhem Walter

C'est moi le rédacteur (actuellement unique) du blog Kotoba.

3 réactions

totopouet
22 mars 2017

Pour le terme touriste, je connaissais 観光客, il y a une différence signifiative avec 観客 ?

Guilhem Walter
23 mars 2017

Merci beaucoup d’avoir relevé l’erreur ! Ca m’apprendra à écrire des articles tard le soir…
Comme je l’ai écrit entre parenthèse, il s’agit bien du “visiteur qui regarde/admire” si on prend les kanji (観(み)る = regarder/admirer).
Et la traduction n’est pas “touriste” du coup mais “spectateur/public”. J’ai corrigé ça donc ^^.

A propos de kankôkyaku (観光客), il s’agit bien du touriste dans son sens large. Ca me fait penser que le mot 観光 (tourisme) est assez intéressant également. C’est un terme plutôt récent (fin du 19ème siècle apparemment) et qui a vu son utilisation changer littéralement au cours du 20ème siècle. Mais je n’en dis pas plus, j’en ferai un article sûrement bientôt ! 🙂

totopouet
23 mars 2017

Dans ce cas, rendez-vous est pris :p

Derniers messages du forum