Tare (垂れ) : ah toi aussi, tu aimes quand ça s’égoutte ?

J’ai pensé aujourd’hui à faire un titre particulièrement aguicheur. Par exemple “les japonais aiment tous les tarés, voici les sept choses qui le prouvent !”. Je n’avais qu’à prétendre ensuite qu’il s’agissait en fait de la sauce appelée 垂れ (tare), entraînant la rage de l’internaute avide de sensationnalisme. Mais on est sur Kotoba ici, pas sur Topito !
Je vais ainsi me contenter de vous décrire cette sauce en abordant en premier lieu l’origine de son nom pour le moins évocateur.

Origine du mot tare et utilisation dans la cuisine japonaise

Vous connaissez peut-être le verbe 垂れる (tareru) signifiant “s’égoutter/ruisseler/pendre”. C’est pourquoi on pourrait penser qu’une sauce étant liquide et qu’elle peut s’égoutter, c’est tout naturellement qu’on a obtenu le nom commun 垂れ (tare). Mais ce n’est pas ce qui s’est passé en réalité puisque tare serait la contraction de 味噌垂れ (miso tare). Car au départ, quand on n’utilisait pas encore autant qu’aujourd’hui le 醤油 (shôyu “sauce soja”), on préparait la sauce tare à partir de miso. Il suffisait de faire diluer le miso dans de l’eau chaude puis on prenait un sachet servant de filtre pour récupérer la sauce dans un récipient. Comme on peut observer un égouttement, cela a donné le mot misotare littéralement “miso égoutté“.

Regardez, une goutte !

On utilise encore souvent aujourd’hui du miso pour fabriquer le tare mais ce n’est pas nécessaire. C’est difficile de donner une définition précise mais pour faire large, cela renvoie à une sauce foncée réalisée avec des ingrédients que l’on considère comme typiquement japonais. C’est à dire du みりん (mirin “alcool de riz sucré”), du shôyu ou encore du 胡麻 (goma “sésame”). L’article Wikipedia japonais est intéressant dans le sens où il indique surtout ce qui n’est pas du tare. A savoir une sauce avec un seul ingrédient (juste du shôyu par exemple) ou bien une sauce typiquement occidentale qu’on désignera par ドレッシング (doresshingu) ou ソース (sôsu).

Dans la cuisine japonaise, le tare accompagne quasiment tout le temps les 焼肉 (yakiniku “grillade de viande”) mais on peut l’utiliser pour les sushis et même sur les salades. Ce sera principalement le ごまだれ (gomadare “sauce aux sésames”) pour cette dernière utilisation, j’adore personnellement ! 🙂

Autre source : Caguya (photos de la préparation)

 

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur whatsapp
WhatsApp
Partager sur email
Email

Laisser un commentaire

Articles par mois
Derniers messages du forum