Suimin (睡眠) : le sommeil et les japonais

Lorsqu’on parle du Japon, le sujet de la longueur des journées de travail revient régulièrement. On va s’intéresser aujourd’hui à un domaine qui est très lié, celui du sommeil suimin (睡眠). Après une analyse du mot en lui même, je vais discuter de plusieurs études traitant du sommeil au Japon.

Analyse du mot suimin et utilisation en contextes

Suimin s’écrit avec les kanji 睡眠 qui ont un sens très similaire. Le premier 睡 est spécifique à l’état de somnolence dans un sens concret. 眠 quant à lui est plus courant à l’usage et recouvre un champ sémantique plus large incluant le domaine de l’abstrait. Il peut s’appliquer par exemple à des ressources qui “dorment sous terre”. On l’avait vu notamment dans le mot inemuri (居眠り), le fait de “dormir assis/tout en étant présent”.

Dans un dictionnaire japonais, on trouve pour suimin la définition toute simple “fait de dormir”. En français, lorsqu’on est fatigué, on “a sommeil” et on peut même “tomber de sommeil”. Attention à ne pas transposer ces verbes tels quels en japonais, ça ne marche pas ! D’ailleurs, quand on y réfléchit, cette expression “d’avoir sommeil” n’a aucun sens. Rassurez vous, on en a une similaire au Japon : suimin wo toru (睡眠をとる). Littéralement, cela donne “prendre/s’approprier du sommeil”. C’est juste en réalité une manière détournée de dire “dormir”.

Pour le reste, on trouve des similitudes comme le sommeil profond/léger (fukai/asai suimin 深い/浅い睡眠). Enfin, quand on manque de sommeil, on dit aussi suimin ga tarinai (睡眠が足りない). Nous partageons donc en commun le fait d’être humain. Ouf ! 😀

Source : kotobank (dictionnaire japonais)

Le sommeil et les japonais : un tabou ?

Toutes les études publiées depuis 2000 sont unanimes : les japonais ne sont pas des gros dormeurs ! Ils sont en effet régulièrement classés parmi les pires élèves au niveau mondial. La dernière étude de l’OCDE à ce sujet remonte à 2014 et porte sur 29 pays industrialisés dont le Japon. Celui-ci finit 28ème juste devant la Corée avec une moyenne de 7h43 de sommeil par jourr (15-64 ans). Cela ne parait pas catastrophique mais s’agissant d’une moyenne, il faut relativiser. En comparaison, l’Afrique du Sud est classée première avec 9h22 de sommeil !

Graphique provenant de données de Smartphone rassemblées dans une étude de 2016.

Une autre étude de 2016 utilisant directement des données récoltées à partir de smartphones place encore le Japon avant dernier en temps de sommeil. On peut notamment remarquer que les japonais se couchent tard en moyenne (23h30) et se lèvent tôt (6h55). On trouve plusieurs raisons à ce manque de sommeil : konbini ouverts 24/24 (tentation de se lever), usage intensif du Smartphone…

Une autre raison est également citée : le fait qu’on est moins conscience qu’ailleurs de l’importance de bien dormir. A l’école par exemple, il n’existe quasiment pas de sensibilisation à ce sujet. Il faut dire que les juku (cours du soir) ont pris une telle ampleur qu’il semble compliqué d’aborder ce thème piquant. Pire encore : dans le monde de l’entreprise, il est bien vu de prétendre qu’on n’a quasiment pas dormi de la nuit.

Sources : ichida-kyoto (étude OCDE de 2014), advances.sciencemag (étude réalisées avec des smartphones)