Sode (袖) : la manche, cette partie située à l’extrémité

Certains d’entre vous aimeraient peut être m’avoir dans leur manche. Mais pour cela, il va falloir vous retrousser les manches ! Vous l’aurez compris, c’est de la manche que nous allons parler aujourd’hui et plus précisément de sode (袖). On va voir à travers différentes expressions que ce mot renvoie à quelque chose de légèrement différent chez les japonais.

Étymologie du mot sode et exemples d’usage

Sode s’écrit aujourd’hui avec le kanji 袖 où on peut repérer la clé du vêtement 衣 (衤) sur la gauche. Il semble que l’attribution de ce kanji soit intervenue plus tard puisqu’à l’origine, sode désignait plus largement l’extrémité des côtés de quelque chose. Par exemple dans le domaine du théâtre, butai no sode (舞台の袖) renvoie aux coulisses (partie invisible de la scène pour les spectateurs située sur les côtés). Ainsi, pour les vêtements en particulier, le sode correspond à l’extrémité qui recouvre le bras.

Voici le tamoto qui peut s’avérer particulièrement encombrant… 😀

Pour les kimono en particulier, cela comprend le tamoto (袂) qui est la partie qui pend (voir photo du dessus). Il faut faire particulièrement attention à lui lorsqu’on mange. Mais j’en parlerai probablement dans un prochain article ! :D. Quoi qu’il en soit, il existe une expression probablement liée à ce tamoto, il s’agit de sode ni suru (袖にする). Littéralement “en faire une manche”, elle signifie en réalité “devenir froid avec/ignorer quelqu’un d’intime”. L’explication la plus probable est l’image d’une personne qui reste les mains dans ses longues manches de manière stoïque.

Par ailleurs, vous connaissez peut être le verbe furareru (振られる) voulant dire “se faire plaquer”. Eh bien elle viendrait de la manche du kimono puisqu’autrefois, les femmes avaient pour coutume de répondre aux avances des hommes en agitant leurs manches (furu : agiter). Lorsqu’elles n’étaient pas intéressées, elles réalisaient  un mouvement de gauche à droite. A l’inverse, un mouvement de bas en haut indiquait que c’était bon. Subtil non ? ^^

Sources : gogen-allguide (étymologie), detail.chiebukuro (à propos de furareru)

2 réponses

    1. Les jeunes japonaises ne connaissent plus rien ! Une honte…
      Plus sérieusement, c’est la seule chose qui me fait défaut je pense, la possibilité de pouvoir demander à tout moment à des japonais s’ils connaissent ou non une expression…
      Parce que je ne peux pas demander sans cesse à ma femme (elle en a marre) et puis peut être qu’elle en sait plus que la moyenne, qui sait ! :p
      Peut être qu’en allant sur des salons de chat, des fois… Si j’en trouve bien sûr oO.

Laisser un commentaire

Derniers messages du forum
Kotoba
こんにちは
Kotoba
気触れる