Shiso (紫蘇) : la pérille, cette “plante violette qui fait revivre”

Connue désormais à peu près partout dans le monde, la pérille qu’on nomme plus souvent shiso (紫蘇) est une plante que l’on vend en général sous forme de feuilles. Celle-ci a le mérite d’être à la fois alimentaire, aromatique, médicinale mais aussi ornementale. On va s’intéresser d’une part à l’origine de son nom pour ensuite comprendre pourquoi on utilise aussi le synonyme 大葉 (ooba).

Origine et usage actuel du mot shiso

紫蘇 est un composé de kanjis directement importé du chinois et on pense aussi que la prononciation shiso dérive du chinois zisu. Littéralement, cela signifie “violet (紫 murasaki) et qui fait revivre (蘇 qui forme le verbe 蘇る yomigaeru “revivre/ressusciter”). La première information que cela nous donne, c’est qu’autrefois, c’était le shiso de couleur violette/rouge qui prédominait, ce qu’on appelle aujourd’hui en japonais 赤じそ (akajiso). D’autre part, il existe une légende chinoise relatant le fait que c’est en infusant des feuilles violettes de shiso qu’un jeune s’étant intoxiqué avec des crabes a pu récupérer (ou ressusciter, c’est selon).

Aojiso à gauche et akajiso à droite.

Cette histoire est en tout cas plausible (pour le fait de récupérer en tout cas) puisqu’on sait aujourd’hui que c’est un antiallergique calmant plutôt bien les allergies aux fruits de mer (assez courantes). Au Japon, on distingue principalement deux sortes :

  • Les akajiso (cités plus haut) que l’on associe souvent aux 梅干し (umeboshi, voir ume). On les pétrie avec du sel et c’est donc très… salé. Personnellement, je n’y arrive pas.
  • Les 青じそ (aojiso) qui comme leur nom l’indique sont vertes (ao signifiant “vert” pour les végétaux). Ces feuilles sont vendues partout en lot et attachées avec une petite ficelle. On peut les manger en salade ou encore en tempura. On vendait aussi à une certaine époque directement les bourgeons, c’est pourquoi il existe aussi le mot 大葉 (ooba “grandes feuilles”) qu’on employait ptour distinguer les bourgeons des feuilles. De nos jours, ce terme est resté donc ne soyez pas surpris si vous voyez écrit 大葉 à la place de 青じそ.

Sources : Ja.wikipedia (étymologie et informations diverses), chigai-allguide (différence entre aojiso et ooba)

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur whatsapp
WhatsApp
Partager sur email
Email

5 réponses

  1. Ohayo ( ^_^)
    Tant qu’à parler nourriture, je me demandais si le quotidien de personne soumise à des régime ou des allergies alimentaires était compliqué ?
    En France, la legislation est strict et plutôt bien faite. Par exemple, avec l’appui d’un effet de mode, les aliments sans gluten, sans lactose, etc… se sont fortement multiplié. Quid du Japon ?
    Ce genre de produit est-il repandu ou facile d’accès ? Ou est-ce un sujet gênant voir tabou ?

    1. Franchement, je manque de recul pour répondre précisément à cette question. Je peux juste dire que le Japon n’a pas encore suivi la mode du “tout bio”, ça a commencé mais c’est encore très timide. Par contre concernant les allergènes, il est indiqué sur beaucoup d’emballages les principaux et si le produit en contient.
      Par exemple, mon fils est allergique aux œufs (blanc surtout) et il y a un logo en général indiquant qu’il y a la présence d’oeuf.
      Voici un curry prévu pour les enfants avec des allergies communes : https://www.sbfoods.co.jp/customer/images/allergy_products_inquiry-02.jpg

      Pareil pour le sans lactose, j’avais vu en début janvier des カステラ (castella) classiques et d’autres fabriquées avec du lait de soja. Par contre, je ne sais pas s’il y a un effet de mode comme chez nous comme le “sans gluten”, j’ai pas l’impression que le veganisme soit répandu ici non plus. A creuser…

Laisser un commentaire

Articles par mois
Derniers messages du forum
otakusan93
Utilisation de に
otakusan93
Inscription au JLPT