Le japonais dans tous les sens

Sayônara (さようなら) : adieu le “au revoir” japonais ?

Aujourd’hui, c’est une formule de politesse en apparence ambiguë sur laquelle on va se pencher : sayônara (さようなら). Si elle fait débat, c’est parce qu’on peut la traduire par “au revoir” ou par “adieu”. On va donc s’intéresser dans un premier temps à sa définition en japonais pour ensuite voir dans quelles situations on l’utilise.

Étymologie et définition de sayônara

Sayônara s’écrit la plupart du temps en hiragana さようなら. Il est la contraction de sayônaraba (左様ならば) où 左様 signifie “comme ça/c’est ainsi” et ならば “si”. Littéralement, on obtient ainsi “si c’est ainsi…”. C’est assez similaire au français “sur ce” que l’on prononce au moment de se séparer. Aujourd’hui, on trouve une forme oralisée sayonara (さよなら) où le “o” n’est plus allongé. Un peu comme arigatô que l’on entend parfois prononcé arigato.

Si on regarde dans les dictionnaires japonais, on trouve pour sayônara la définition suivante : “salutation que l’on utilise lorsqu’on se sépare“. Comme vous pouvez le constater, c’est assez vague. Ce qui explique pourquoi cela peut se traduire par “adieu” ou bien “au revoir” en fonction du contexte. J’ai même pu trouver “bonsoir” ou encore “bonne nuit“. La seule condition nécessaire étant une séparation plus ou moins longue.

Du coup, on pourrait penser que “salut !” ferait un bon candidat. Sauf que sayônara est moins familier et ne s’utilise pas exactement dans les mêmes situations, ce que nous allons analyser maintenant.

Ces deux femmes se disent-elles sayônara ? Probablement pas… 😀

Vers la fin de l’expression sayônara ?

Aussi surprenant que cela puisse paraître, j’ai trouvé une discussion sur le net où une japonaise posait la question suivante : on l’utilise quand sayônara au fait ? Il existe en effet de nombreuses formules de politesse en japonais qui signifient au final la même chose. Dans un cadre formel, on a shitsurei shimasu (veuillez m’excuser), otsukaresama deshita (après le boulot ou un effort quelconque), osaki desu (je vous laisse)…

En privé avec la famille ou les amis, on a souvent recours à mata ne (à plus), baibai (au revoir), sore dewa (sur ce)… C’est pourquoi quand on réfléchit bien, on peine à trouver des situations où sayônara est indispensable. Pour ma part, c’est à la crèche avec les puéricultrices que je l’ai vu employé souvent. Car elles demandent aux enfants de dire sensei, sayônara ! (au revoir professeur !). Il se trouve que c’est le cas dans le domaine scolaire en général avec un rapport enfant/adulte plutôt particulier.

Si on excepte ces cas isolés, on peut presque parler d’archaïsme pour sayônara. Je dis bien “presque” car il se pourra que vous l’entendiez dans la rue, il ne faut pas exagérer. Mais selon une enquête réalisée en 2016 dans le Kansai, 70% des sondés affirment ne plus utiliser cette expression. On trouve plusieurs raisons :

  • Elle apparaîtrait “froide” par son caractère ambigu. Elle peut en effet faire penser à un “adieu” qui n’est pas souhaité.
  • Elle sonnerait faux et pédant.

Bref, il est possible qu’on ne l’entende plus du tout d’ici quelques années. Il va donc falloir mettre à jour les manuels de japonais, j’en ai bien peur… 😀

Sources : kotobank (dictionnaires de japonais), gogen-allguide (étymologie), sankei.com (sondage réalisé dans le Kansai)

Articles similaires

2 réponses

  1. Alors vous me poser une colle.
    En chinois 這樣 veut dire c’est comme ça, comme ci. Mais les kanji que vous avez utilisé sont 左樣, bizarre ^^

  2. Gardez à l’esprit que le japonais et chinois sont deux langues complètement différentes. Même si les chinois ont exporté leur système d’écriture au japon dans un lointain passé, les kanji ont évolué différemment de l’écriture chinoise, ce qui explique qu’on n’utilise pas forcément les mêmes caractères en chinois et japonais pour exprimer quelque chose.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Derniers messages du forum
Kotoba
花札