Riyôshi (理容師) : un coiffeur pour les hommes ?

En français, le mot coiffeur est un terme assez général désignant un “professionnel procédant aux soins esthétiques et hygiéniques de la chevelure ou de la barbe” (Larousse). Que l’on souhaite une simple coupe ou alors permanente, on dit ainsi généralement “allez chez le coiffeur” et le tour est joué. En japonais, c’est un peu plus complexe et on va le voir aujourd’hui avec le mot riyôshi (理容師). C’est parti ! 😀

Analyse du mot riyôshi et caractéristiques du métier

Riyôshi s’écrit en kanjis 理容師 où on retrouve le suffixe 師 permettant de désigner une profession. On l’avait vu par exemple dans kangoshi (看護師 “infirmier”). 理 quant à lui signifie ici “arranger/remettre en ordre” (seiri 整理 : rangement) et 容 renvoie à l’apparence/silhouette (en particulier la figure). Bref, dans son sens littéral, riyôshi désigne un professionnel ayant pour rôle de “remettre en ordre la figure“. C’est du joli ça ! 😀

En fait, c’est un peu plus précis quand même puisque selon les textes de loi, riyô (理容) se réfère à “l’acte de raser, couper ou arranger les cheveux et la barbe“. Ce mot est assez récent (après guerre) et on utilisait avant plutôt rihatsu (理髪) “arranger la chevelure.  Vous pourrez également trouver sanpatsu (散髪 “couper et disperser les cheveux”) surtout dans le Kansai. Et si on est passé au kanji 容, c’est en parti parce que le métier a évolué. On va désormais chez le coiffeur davantage pour se faire beau que pour se débarrasser de cheveux ingrats.

Un riyôshi avec une vidéo Youtube sur le métier : https://www.youtube.com/watch?v=w4H-Xl8DsrQ

Mais là où c’est assez cocasse avec le Japon, c’est que les riyôshi sont en concurrence avec les biyôshi (美容師). Comme le kanji 美 l’indique, le rôle de ces derniers portent davantage sur la beauté esthétique. Donc si vous voulez une permanente avec rouleaux, seul un biyôshi est en principe habilité à le faire. Par contre, si vous souhaitez qu’on vous rase, c’est dans ce cas le riyôshi qui s’en charge. C’est écrit dans les textes de loi et chaque profession nécessite un diplôme spécifique (2 ans) depuis 1957 ! 😀

Bon heureusement, si vous voulez une simple coupe, l’un ou l’autre fera l’affaire. Par ailleurs, depuis 2016, c’est devenu plus simple d’avoir le double diplôme. C’est passé de 4 ans (2+2=) à 3 ans (2+1). C’est déjà ça… :p

Sources  : detail.chiebukuro (à propos des différents termes), nlab.itmedia (sur les deux professions)

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur whatsapp
WhatsApp
Partager sur email
Email

10 réponses

  1. Sympa ce petit article, je n’imaginais pas qu’il y avait cette différence et cette nécessité de séparer les deux salons. Et aussi, je valide la petite vidéo qui permet d’approfondir le sujet ! 🙂

    Concernant l’usage de 美容室 et 美容院, je ne sais pas trop si l’un a remplacé l’autre ou si leur utilisation dépend du milieu. Par exemple, dans ma belle-famille, ils emploient toujours le mot 美容院 alors que lors de mon mariage, les professionnels chargés de l’organisation employaient le terme 美容室. Est-ce que cela aurait un lien avec le type de l’institution ? La taille du salon ? Le niveau de politesse ? En tout cas, 美容室 possède un avantage : plus de risque de comprendre hôpital à la place de salon de coiffure ! 😀

    1. Alors de ce que j’ai lu, les termes 美容室 (biyôshitsu) et 美容院 (biyôin) n’ont aucune valeur juridique, la loi considèrent que ce sont des 美容所 (biyôsho) et c’est tout. Donc c’est juste une question d’image apparemment, on emploie davantage 院 pour les gros salons mais il n’y a pas de règle précise. J’en reparlerai surement dans un futur article en comparant cette fois-ci nos salons de coiffure à la française avec leurs homologues japonais. Tant qu’à faire !
      Sinon oui, je voulais la faire à l’oral la différence byôin et biyôin mais j’ai complètement oublié lol. Car moi j’ai eu quelques soucis d’incompréhensions avec ma femme sur ce sujet, ah ah.

  2. Intéressant article et bien pour cette première vidéo ! À propos de tokoya 床屋, ma femme utilise bien ce terme. Pourtant elle n’hésite pas à me dire quand j’utilise des mots japonais “ringards”, donc je me pose des questions. Pourriez-vous investiguer ce terme, dont l’analyse est effectivement assez troublante. Merci.

    1. Alors j’ai lu un peu de tout sur le net sur tokoya. D’une part l’avis de quelqu’un qui disait que ça faisait assez “rétro” puis une autre personne disant que c’était encore le terme le plus général. Enfin, j’ai lu donc un texte qui disait que les médias employaient quasiment jamais tokoya pour des raisons d’image vu qu’il a une connotation sexuelle. Il faudrait cela dit que je trouve une étude sur le sujet et je le ferai avec un article sur tokoya alors vu que son étymologie est amusante apparemment. ^^

    1. Franchement la vidéo, je peux pas dire que j’en suis vraiment “satisfait” pour le moment et je pense faire un sondage samedi à ce sujet afin de faire le point :p.
      En fait, je me demande si un audio sous forme de podcast est pas suffisant au final. Car bon, que vous me voyez ou non, j’ai l’impression que ça change pas grand chose ^^.

    1. Alors barbier, c’est l’article de Wikipedia fr à lequel on est renvoyé lorsqu’on cherche 理容師 dans Google.
      Moi ce qui me gêne avec “barbier”, c’est qu’on a quand même une image assez rétro. Et puis aujourd’hui, il est devenu parfois difficile de vraiment distinguer un 理容師 d’un 美容師. J’aurais du être plus nuancé dans l’article mais il y a des 理容師 pour femmes aussi, bien qu’ils aient une image de “coiffeur pour hommes”. Donc si on les désigne par “barbier”, on leur colle peut être trop facilement une étiquette alors que c’est plus complexe que ça.

      En tout cas, la plupart des hommes ne vont pas voir un 理容師 pour se faire raser la barbe, c’est aussi pour ça que je suis gêné par le terme “barbier” alors que ce n’est pas vraiment leur activité principale ^^.

Laisser un commentaire

Articles par mois
Derniers messages du forum