Le loup fait partie de ces animaux qui n’ont pas eu de chance d’être une gêne pour l’homme. Ou plus précisément, son bétail. Car malgré l’étiquette du “grand méchant” qu’on lui inflige, il n’est pas aussi dangereux que sa mauvaise réputation le prétend. Il n’est certes pas inoffensif mais si on regarde les chiffres de ces dernières années, les attaques de loup sont en fait relativement rares. Que peut-on dire de son image au Japon à travers le mot ôkami (狼) ?

Étymologie du mot ôkami et croyances populaires

Ôkami s’écrit avec le kanji 狼 dont le radical situé à gauche (犭) est celui utilisé pour les canidés dont le chien. La partie de droite 良 signifie certes habituellement “bien/bon” mais n’est présente ici que pour la prononciation chinoise  (ろう). Ainsi, un loup affamé se dit garô (餓狼) pour ceux qui connaîtraient la série Garô Densetsu (Fatal Fury). On va plutôt s’intéresser ici à sa prononciation japonaise (kun-yomi) qui est donc ôkami. Elle viendrait tout simplement du mot 大神 qui signifie littéralement “grand dieu”. Enfin, le 大 est plutôt à prendre dans le sens de “remarquable/admirable” ce qui donne “dieu admirable“.

Loup japonais (nihon ôkami) désormais disparu à gauche et jeu vidéo Okami à droite.

Il y avait donc autrefois de nombreuses croyances autour des ôkami et le nihon shoki (chroniques du Japon, 720) indique déjà qu’ils étaient considérés comme des kami (dieu). D’ailleurs, le jeu vidéo Okami est centré là dessus puisque le héros principal est un loup-dieu. A noter qu’ils ont choisi les kanjis 大神 également en référence à la déesse Amaterasu Ômikami (天照大神). Par ailleurs, il existait au Japon un autre terme pour le loup : yamainu (山犬 “chien des montagnes”). La principale différence est qu’il n’a pas été l’objet de croyance et il désignait en général un animal plus petit.

Aujourd’hui, yamainu a pris le sens de “chien sauvage”. Il faut dire que le dernier loup a avoir été recensé au Japon date de 1905. Leur disparition est surtout à imputer aux diverses maladies contagieuses comme le virus de la rage. Même si l’homme est aussi évidemment responsable puisqu’à partir de la fin du 19ème siècle, on a de plus en plus utilisé des restes de loup pour divers rites religieux. Il s’est de plus coltiné l’image du méchant avec l’influence des contes occidentaux. La totale ! :S

Sources : Ja.Wikipedia (généralités), Okwave (à propos du kanji 狼)

Guilhem Walter

Rédacteur du site kotoba.fr, je vis au Japon depuis juillet 2012 et je m’intéresse de près à la langue japonaise et la culture dont elle fait partie.