Le livre de Kotoba est enfin disponible !

C’est le grand jour, c’est la folie, ça y est… le livre Kotoba intitulé Petite histoire des systèmes d’écriture du japonais est enfin disponible à la vente en exclusivité sur le blog !

Alors j’ai écrit “livre” mais pour le moment, seul l’ebook est disponible en format pdf, mobi et epub (je peux en proposer davantage si vous le souhaitez). Une sortie en version papier est prévue mais comme ça demande plus de démarches (pour obtenir un ISBN notamment) et qu’il va falloir que je soigne un maximum la présentation, je pense la mettre dans les rayons de l’internet pour Noël.

Pourquoi ce titre et que contient le livre ?

Je tiens à préciser tout de suite que le titre est temporaire et qu’il est donc amené à évoluer. L’adjectif “petite” est là pour rappeler qu’il s’agit d’un petit livre (un peu plus de 100 pages). J’ai en effet choisi de viser le public le plus large possible (même ceux et celles n’ayant aucune notion en japonais) et comme je sais que les pavés en rebutent plus d’un, j’ai fait le choix de ne pas trop m’étaler en longueur. J’ai aussi sélectionné ce qui me semblait le plus intéressant à vulgariser histoire que ce soit sympa à lire.

Dans la première partie, je décris comment s’est opérée l’introduction des kanji puis comment ont émergé les katakana et hiragana. J’ai surtout aimé à titre personnel faire des recherches sur les man’yôgana (万葉仮名) qui sont des kanjis ayant une fonction de kana. C’est à dire qu’on les employait uniquement pour leur valeur phonétique (et non pour leur sens). Ce qui est fou, c’est qu’on à découvert un usage assez spécial qui laisserait entendre que la langue japonaise distinguait peut-être 8 voyelles au VIIIe siècle contre 5 aujourd’hui. L’association des hiragana avec les femmes dans ses débuts est également un sujet passionnant, enfin je n’en dis pas plus ! ↁ_ↁ

Dans la seconde partie, j’ai essayé de rendre compte des différentes évolutions qui ont conduit à la langue japonaise qui nous est familière. La question “pourquoi emploie t-on les katakana et non les hiragana pour les mots d’origine étrangère ?” est plus profonde qu’elle n’y parait surtout quand on constate que c’est une tendance assez récente. Au passage, le mélange dans une même phrase de kanji/hiragana/katakana n’avait rien d’évident non plus avant la fin du XIXe siècle. Intriguant non ?

Le nom entouré au milieu (ろいにす氏) est celui d’un occidental mais il est en hiragana. Pourquoi donc ? ^^

Pourquoi j’ai besoin de vous

Cet ebook n’est disponible dans un premier temps que sur le blog Kotoba pour une raison précise : j’aimerais qu’il soit dans la meilleure qualité possible avant de le proposer ailleurs. Pour cela, je compte sur vous pour me pointer tout ce qui ne va pas : coquilles, phrases mal formulées, paragraphes peu claires… Je précise quand même que j’ai fait relire mon livre par plusieurs personnes et que j’ai essayé de le rendre le plus clair possible. Mais comme il s’agit de mon premier livre, j’ai bien conscience qu’il est forcément perfectible.

Pour résumer, le plus beau cadeau que vous puissiez me faire à l’heure actuelle est d’acheter ce livre ( seulement 4,99€ pour rappel)et écrire un avis sur la page concernée (ou m’envoyer un mail si vous préférez). Bien sûr, n’hésitez pas à le partager aussi s’il vous a plu ! 🙂

Ce serait un rêve pour moi de pouvoir vivre un jour de la vente de livres, d’une part car j’adorerais être écrivain (surtout le côté recherche d’informations puis vulgarisation) et que surtout, ça pourrait me débloquer davantage de temps et d’argent pour d’autres projets liés à la langue japonaise (son enseignement notamment).

Bref, je compte sur vous et un gros merci d’avance ! 🙂

Guilhem

2 réponses

Laisser un commentaire

Derniers messages du forum