Kuchiguruma (口車) : toi tu me mènes en voiture !

L’expression “mener en bateau” est intéressante puisque son origine viendrait de la confusion entre les mots “bateleur” (prestidigitateur) et “batelier” (celui qui dirige le bateau). Ainsi, on peut dire que le “bateau” renvoie à la “farce du bateleur” et on comprend que mener quelqu’un dedans, c’est le tromper ou se jouer de lui. Toutefois, je n’ai pas trouvé d’explication pour l’expression synonyme “faire marcher” qui induit aussi l’idée de déplacement. On va voir aujourd’hui qu’en japonais, le terme 口車 (kuchiguruma) possède une logique étrangement ressemblante.

Origine du mot kuchiguruma et usage en contextes

Les kanjis de 口車 sont très communs mais cela ne signifie pas pour autant qu’on arrive à deviner à quoi ils renvoient. Quel peut-être le rapport entre une bouche (口 kuchi) et une voiture (車 kuruma) ? Le dictionnaire Nihon Kokugo Daijiten donne deux explications intéressantes. La première est la comparaison avec le verbe 言い回す (iimawasu) signifiant “dire de manière détournée” (en utilisant intelligemment les mots) où 回す (mawasu) signifie littéralement “faire tourner”, comme les roues d’une voiture. La seconde rappelle que le verbe 乗せる (noseru) “embarquer quelqu’un (voiture, train, bateau…)” qu’on emploie souvent avec kuchiguruma possède déjà le sens de “tromper/duper”. 君は(口車に)乗せられたんだ (kimi ha [kuchiguruma ni] noserareta n da) : tu t’es fait rouler.

Ainsi, l’expression 口車に乗せる (kuchiguruma ni noseru) dériverait de 乗せる (noseru) “rouler quelqu’un (avec de belles paroles)”. Ceci est confirmé par le même dictionnaire puisque l’emploie de noseru (XVe siècle) serait antérieur à celui de kuchiguruma (début du XVIIIe siècle). J’imagine que ce dernier permet de lever une éventuelle ambiguïté (le verbe noseru ayant un sens large) tout en ajoutant un petit effet comique. Un peu comme la comparaison “se faire rouler” et “se faire rouler dans la farine”. 口車に乗るな (kuchiguruma ni noru na) : ne te fait pas mener en bateau (par de belles paroles).

Enfin ce que je trouve intriguant, c’est que vu l’ancienneté de kuchiguruma, je ne pense pas qu’il y ait eu une quelconque influence d’une langue occidentale. J’imagine qu’il est facile de faire le lien entre “faire monter dans son véhicule” et “tromper” et qu’il doit exister dans d’autres langues. En effet, quand on place une personne dans le même véhicule que soit, on la force à adopter la même allure et elle se retrouve prise au piège. Peut-être après que je surinterprète complètement, j’attends vos avis. v(・∀・*)

Source : Kotobank (dictionnaires japonais)

2 réponses

    1. Je suis aussi tombé sur le mot 口先 (kuchisaki) qui signifie “paroles en l’air (qui ne sont que du blabla)”.
      Ainsi, 人の口先に騙される= se faire avoir par le blabla de quelqu’un. おだてに乗る = se laisser prendre (aux flatteries/belles paroles). おだて (odate), ce sont aussi des flatteries/cajoleries.

Laisser un commentaire

Derniers messages du forum