Kokoro (心) : un cœur qui n’évoque pas vraiment l’amour

Lorsqu’on cherche absolument à associer un mot d’une langue A à celui d’une langue B, c’est dans le meilleur des cas simpliste et ça peut permettre une meilleure assimilation au début. Pour prendre le cas classique du verbe のむ (nomu) par exemple, on perd la nuance “gober/inhaler” si on ne retient que le verbe “boire”. Ce n’est pas toutefois pas si gênant dans la plupart des cas. Là où c’est particulièrement embêtant, c’est pour un terme aussi ambigu que こころ (kokoro). Est-ce vraiment une bonne idée de le rapprocher de “cœur” ?

Significations de kokoro et problèmes de traduction

Lorsqu’on a commencé à introduire les kanjis au Japon autour du IVe siècle, l’une des grosses difficultés a été de faire correspondre le sens des mots japonais de la langue orale de l’époque à celui des caractères chinois. Car bien que de nos jours on pense principalement au kanji 心 en entendant kokoro, il a fallu quelques étapes pour en arriver là. Dans le kojiki (712) et d’autres textes du VIIIe siècle, on trouvait ainsi les kanjis 意 (“idée/intention”), 情 (“émotion/sentiment”) voire 神 (“âme/esprit”) avec également la prononciation kokoro. Oui, c’est vaste !

En réalité, c’est tellement vaste que je suis obligé moi-même de simplifier toutes les précisions du Nihon Kokugo Daijiten. En résumé, cela se rapportait plus ou moins à toutes les activités mentales de l’être humain. La raison, les connaissances, les émotions, les intentions… Il existait alors une certaine dualité avec le corps (体 karada) qui était la partie visible, un peu comme le dualisme cartésien corps/esprit. Par ailleurs, comme on pensait à ce moment-là en Asie que l’âme était logée au niveau du cœur et que ses battements régulaient le mental, c’est finalement sur le kanji 心 qu’on a fini par se fixer. Car celui-ci est un pictogramme suggérant la forme d’un cœur.

Oui, l’évolution de ce kanji est particulière. :p

C’est probablement pour cela qu’on a opté dans nos contrées pour la traduction “cœur” par défaut. Cependant, c’est presque hors sujet car on va employer au Japon 心臓 (shinzô) pour l’organe et davantage ハート (hâto de l’anglais heart) pour le symbole du cœur. Il existe certes quelques expressions françaises où ça semble marcher comme 心が広い (kokoro ga hiroi) “avoir un grand cœur” ou 心を込めて (kokoro wo komete) “avec tout son cœur”. Mais dans la grosse majorité, il vaut mieux associer notre mot du jour à l’esprit et au mental. Cela vous évitera certains contresens comme 心の病気 (kokoro no byôki) signifiant “maladies mentales” et non “maladie de cœur” ou encore 心の哲学 (kokoro no tetsugaku) qui renvoie à la philosophie de l’esprit.

Sources : Gogen-allguide (étymologie), ja.wikipedia (informations diverses)