Kinako (きな粉) : la poudre de soja grillé à goûter absolument !

Quand on pense à “soja” en France, on a souvent l’image d’un met réservé avant tout aux végétariens et à ceux faisant attention à leur ligne. Cependant, il existe au Japon des sucreries recouvertes de poudre de soja grillé, le kinako (きな粉). Comment fabrique t-on cette poudre et comment est-elle utilisée ?

Etymologie de kinako et fabrication

Kinako s’écrit de plusieurs façons en japonais : soit en kanji 黄粉 ou 黄な粉 soit en hiragana きなこ soit きな粉. Les deux dernières écritures semblent être les plus courantes. Pour rappel, le soja se dit daizu (大豆) en japonais. On peut donc se demander légitimement pourquoi la poudre de soja ne se dit pas par exemple daizuko (大豆粉 où 粉 = poudre).

Et bien il y avait en réalité plusieurs appellations autrefois pour notre poudre sucrée, la plus ancienne étant mametsuki (末女豆岐) et remonterait au Xème siècle. Ce n’est que vers le XVIIIème siècle que le terme kinako s’est imposé. On présume qu’il est la contraction de ki naru ko (黄なる粉) = poudre qui devient jaune. D’où l’écriture possible 黄な粉. Le choix s’est donc porté sur l’apparence extérieure plutôt que sur l’ingrédient en lui même.

Concernant sa fabrication, ce n’est pas compliqué : on fait tout d’abord griller des grains de soja à la poêle puis on les broie. Certains utilisent un mixeur, d’autres un pilon. On peut utiliser des grains de soja jaunes ou noirs, c’est selon. Afin de le conserver, il suffit de mette la poudre dans un petit bocal en verre et le tour est joué. On peut bien sûr en acheter directement en magasin.

Voilà à quoi ressemble notre poudre de soja. C’est bien jaune donc. A noter qu’il s’agit ici d’une… glace Häagen-Dazs. 😀

La poudre de soja, pourquoi faire ?

Le kinako (je me permets de le masculiniser) est de base légèrement sucré et il se marie donc bien avec les wagashi (pâtisseries traditionnelles japonaises). Ce que j’affectionne personnellement, c’est le kinako mochi (きな粉餅). C’est tout simplement un mochi recouvert de notre poudre magique. Vous pourrez en trouver en snack avec du sucre ajouté, c’est vraiment bon !

Voici des kinako mochi en snack. J’adore les boules personnellement, un délice… <3

Il est possible sinon de le mélanger avec du lait. Vous obtiendrez alors du kinako gyûnyû (きなこ牛乳). A boire chaud de préférence le matin. C’est notamment bon pour la peau ou en cas de constipation. Pour les bébés, il existe une autre variante avec du kayu (riz bouilli). Enfin, sachez qu’on peut également saupoudrer le pain perdu de kinako à la place du sucre. C’est meilleur pour la santé ! 😀

Sources : ja.wikipedia (généralités), crd.ndl.go.jp (étymologie)

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur whatsapp
WhatsApp
Partager sur email
Email

Laisser un commentaire

Articles par mois
Derniers messages du forum