Le japonais dans tous les sens

Kabedon (壁ドン) : Ah non, me fais pas le coup du mur pour me taper dans l’œil !

En écoutant l’épisode 19 du podcast Mensetsu sur Julie, une chanteuse d’opéra, j’apprends cette fois-ci l’existence du mot 壁ドン (kabedon). Quand Mathieu (l’intervieweur) a expliqué en quoi consistait cette technique de drague, je me suis dit “tiens, je l’ai déjà vu mais je ne savais pas qu’il y avait un mot pour ça”. Avant de vous (ré)expliquer en quoi elle consiste et dans quelle mesure elle est pratiquée, j’aimerais revenir sur l’origine du mot et ses autres acceptions qui pourraient vous surprendre.

Origine du mot kabedon et sens acceptés aujourd’hui

Décortiquons tout d’abord le mot : 壁 (kabe “mur”) + ドン (don “bruit sourd”) = kabedon “bruit sourd contre le mur”. C’est très explicite et jusqu’à maintenant, je ne vois pas comment on peut faire le lien avec une technique de drague. Moi j’ai plutôt en tête mon frère qui tape contre le mur lorsqu’il perd dans un jeu vidéo pour être tout à fait honnête. La réalité n’est pas si éloignée puisque selon l’article de Wikipédia Jp (qui est étonnamment long et bien sourcé), le terme renvoyait au départ (années 2000) à l’acte de taper contre le mur pour faire savoir à son voisin qu’il fait un peu trop de bruit. (`☋´)

Il faut savoir que les murs au Japon ne sont pas très épais et qu’il en faut peu pour être dérangé. Moi-même lorsque j’ai déménagé sur Kyoto avec ma femme et mon fils, on s’est fait kabedon plusieurs fois par le voisin du dessus. On parlait soi-disant trop fort et dès que mon fils courait dans l’appartement, c’était le drame. Ce type de kabedon se nomme aussi 壁殴り (kabenaguri “frappe contre le mur”) ou イラ壁 (irakabe “énervement-mur”). À noter qu’on l’emploie aussi quand on est simplement excédé (comme mon frère mauvais-perdant). 壁ドンはやめなさい (kabedon ha yamenasai) : arrête ces tapements contre le mur !

Le kabedon ultime oO

La première évocation du kabedon concernant une situation amoureuse remonterait à l’année 2008 (actrice du nom de Ryôko Shintani). Mais il se serait réellement popularisé avec les shôjo manga et séries japonaises à l’eau de rose dès l’année suivante. En général, la femme se retrouve dos au mur (condition initiale) puis son prétendant vient taper ce mur avec le plat de sa main gauche. Une manière pour l’homme de dire “fini de rigoler, je suis sérieux là !”. Il approche enfin son visage de sa cible surprise et incapable d’émettre le moindre mouvement puis vient la touche finale : le baiser tant attendu (ou pas oO).

Et le kabedon, c’est si répandu que ça ?

C’est là où il va falloir nuancer et être précis. Bien que le mot kabedon fasse surtout référence aujourd’hui à la scène de drague torride décrite au-dessus, j’ai aussi trouvé beaucoup d’articles relatant des problèmes de voisinage en cherchant dans Google 壁ドンをしたことがありますか (kabedon wo shita koto ga arimasu ka) “est-ce que vous avez déjà fait un kabedon” ?
Donc si vous évoquez simplement le mot kabedon à un Japonais, il est possible que son interprétation ne soit pas celle à laquelle vous vous attendiez. โ๏∀๏ใ

Pour ce qui est de la drague, c’est assez difficile d’avoir des chiffres fiables (et j’ai fait quelques recherches ! T_T). Je vais quand même citer ce petit sondage de 2014 réalisé par le site woman.mynavi puisqu’il donne d’autres infos intéressantes. Lorsqu’on demande à un panel de femmes japonaises de 20-39 ans si on leur a déjà fait kabedon, elles sont environ 10-15% à répondre “oui”. Ce qui est rigolo, c’est que celles qui ont répondu “oui” indiquent pour 38,5% que cela s’est passé durant la relation (et pas juste avant de l’entamer). On peut donc penser que c’est aussi pratiqué pour le fun.

Mais ce qui est plus percutant, c’est que comparé à d’autres pratiques de drague comme le 後ろからぎゅっとされる (ushiro kare gyutto sareru) “se faire enlacer par-derrière” (54%), le kabedon reste au final assez peu plébiscité (18%). Les femmes interrogées préfèrent un simple sourire (笑顔 egao 43%) ou le fameux 頭ポンポン (atama pon pon) “faire des petites tapes sur la tête” (49%). Puis bon, on est bien d’accord aussi que bloquer quelqu’un contre un mur reste assez invasif et peut être considéré comme une agression. (一一)

Un quiz ? Vous êtes sûres ?

Bon puisque vous insistez, voici un petit quiz pour aller toujours plus loin et au-delà ! oO



 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers messages du forum