Itai (痛い) : tu as vraiment mal ou c’est juste psychologique ?

En français, lorsqu’une partie du corps nous fait souffrir, on emploie souvent l’expression “avoir mal à”. Exemple : “j’ai mal aux jambes”. Personne n’ira demander “à quelles jambes ? les tiennes ?” car l’adjectif possessif “mes” est sous entendu. C’est important d’en être conscient car lorsqu’on traduit dans une autre langue comme en anglais, ce n’est pas forcément le cas.
Comment cela fonctionne t-il dans le cas du japonais itai (痛い) et comment cet adjectif a t-il évolué ?

Etymologie du mot itai et usage contemporain

Itai s’écrit en japonais 痛い où le kanji 痛 désigne la douleur qu’elle soit physique ou mentale. On le retrouve dans les mots zutsû (頭痛 : mal de tête) ou encore kutsû (苦痛 : douleur/peine). La prononciation ita viendrait du kanji 甚 qui renvoie lui même à ce qui est excessif/extrême. Il semblerait ainsi qu’on employait à l’origine itai pour indiquer qu’on avait ressenti une vive sensation. Et cela pouvait être positif comme négatif, par exemple une forte impression ou admiration.

De nos jours, c’est quasiment uniquement dans un sens négatif qu’il est présent à l’usage. Ashi ga itai (足が痛い) : j’ai mal à la jambe/aux jambes. Tout comme en français, pas besoin d’adjectif possessif, ce qui n’est pas une surprise avec le japonais. On trouve cela dit des restes du sens original “vive sensation” avec l’expression itaku kandô suru (いたく感動する). Celle-ci veut dire “être profondément ému“. A noter que pour lever l’ambiguïté, l’utilisation des hiragana いたい est préférable. Autre point intéressant : itai est également une interjection que l’on peut traduire par “aïe !”. Itai ! /Itetete ! (痛い ! /イテテテ !) : Aïe !/ Aïe aïe aïe !

Par ailleurs, il arrive souvent de trouver notre mot du jour décrivant une douleur plutôt psychologique. Une dépense qui fait mal au portefeuille, des mots qui font mal, etc. Sô iwareru to mimi ga itai (そう言われると耳が痛い) : Ça me fait mal/de la peine d’entendre ça (litt : “les oreilles me font mal”). Enfin, depuis les années 2000, les jeunes ont commencé à recourir à itai pour décrire les actes d’une personne se retrouvant dans une situation pénible. Par exemple un essai manqué, une quiproquo, une chute… C’est pourquoi itai hanashi (痛い話) signifie “histoire embarrassante/honteuse/cocasse“.

Sources : Gogen-allguide (étymologie), zokugo-dict (dictionnaire)