Hidarikiki (左利き) : être gaucher au Japon, c’est mal vu ?

Ceci est surtout connu de nos amis les gauchers mais parler de “droitier” ou “gaucher” est souvent simpliste. En effet, il arrive fréquemment qu’on ne soit gaucher que “partiellement” et inversement. Cependant, à partir du moment où vous écrivez ou mangez de la main gauche, vous êtes catégorisé ! C’est pareil au Japon et nous allons voir qu’être hidarikiki (左利き), ce n’st pas facile même aujourd’hui.

Analyse du mot hidarikiki et situation actuelle au Japon

Hidarikiki s’écrit en japonais 左利き où 左 signifie “gauche” et 利き “opérant/qui fonctionne”. Littéralement, c’est donc le “fait d’avoir le côté gauche davantage opérationnel”. Son contraire est migikiki (右利き), c’est à dire droitier. A noter que hidarikiki renvoie aussi à ceux qui aiment et qui tiennent bien l’alcool. Il ne s’agit pas à priori d’une discrimination : c’est simplement qu’autrefois, on tenait le burin (qui se dit nomi 鑿) de la main gauche. Et comme nomu (飲む) signifie boire, la main du burin nomite 鑿手 est devenue celle du buveur 飲み手.

Au Japon, il n’existe pas d’équivalent à l’expression spécifique de “gaucher contrarié”. On est obligé d’avoir au cours au mot générique kyôsei (矯正 “correction/ajustement d’un défaut) qui s’emploie aussi lorsqu’on redresse les dents par exemple. hidarikiki wo kyôsei sareta hito (左利きを矯正された人) = une personne à qui on a corrigé sa “gaucherie“. Même s’ils ne sont pas catégorisés, cela veut-il dire pour autant qu’ils sont ignorés ?

La situation actuelle est en tout cas plutôt difficile à apprécier. D’un côté, comparé aux autres pays d’Asie comme la Chine, le Japon est devenu relativement tolérant vis à vis des gauchers. En effet, la pratique visant à les corriger systématiquement dés l’enfance n’existe plus. Par contre, on peut constater que quelques craintes et idées reçues demeurent. J’ai pu lire quelques témoignages de français à ce sujet à qui on faisait souvent remarquer leur différence. Il est probable que beaucoup de japonais gauchers “s’auto-contrarient” afin de se fondre dans le moule. Petite anecdote : il se trouve que mon fils de 2 ans mange toujours avec sa main gauche. On nous l’a fait remarquer à la crèche dans un ton qui insinuait “on le laisse faire ou pas ?”. Consternant…

Sources : mpenaud.wordpress.com (témoignage d’une française), kotobank (dictionnaire japonais)