Genkan (玄関) : la porte vers l’éveil devenue vestibule

Lorsque vous rentrez dans une maison japonaise, il y a en principe un petit endroit prévu pour se déchausser. On y trouve un getabako (meuble pour ranger les chaussures) et une marche un peu plus loin. Tout ceci fait partie du genkan (玄関), c'est à dire l'entrée principale du bâtiment ou encore vestibule. Sauf que si on s'intéresse aux sens du kanji du mot, on parvient difficilement à faire le lien. Je vais donc revenir sur son origine et son évolution jusqu'à aujourd'hui.

Origine et évolution mot genkan

Genkan s'écrit en kanji 玄関 qui est à l'origine un terme qui nous vient du bouddhisme. 玄 qui dans son sens premier signifie "mystérieux/occulte" (yûgen 幽玄 = occulte) renvoie ici à état d'esprit particulier où l'on se trouve à un stade avancé dans l'éveil (satori 悟り). 関 correspond quant à lui à une porte/barrière. Ainsi, genkan désignait à l'origine la porte spirituelle par laquelle on arrivait à un éveil avancé. Cette porte s'est finalement matérialisée puisqu'on a petit à petit employé ce mot pour les différentes entrées que l'on trouve dans les temples bouddhistes. Une manière d'encourager les croyants à pratiquer ? ^^

Enfin, à partir de l'époque Edo (1603-1868), genkan est devenu l'entrée principale de la maison de tout le monde. En fait, c'est durant cette période que l'habitat des gens du peuple s'est doté d'une vrai entrée à part entière qui rappelait celles des temples. Alors qu'avant, les chambres étaient plutôt situées juste devant la porte d'entrée. Seule la classe des bushi (武士 "combattant/guerriers) avaient droit à un véritable genkan en principe (pour se protéger notamment). Genkan de matsu (玄関で待つ) : attendre à l'entrée/dans le vestibule.

Genkan classique avec la petite marche et le getabako 🙂

Comme c'est le lieu par lequel on accueille les invités dans la maison, le genkan a longtemps symbolisé le rang social des individus. On essayait ainsi de le peaufiner le mieux possible afin de bien paraître. De nos jours, c'est surtout devenu un lieu fonctionnel où l'on se déchausse et se dévêt. C'est aussi celui par lequel on n'entre pas lorsqu'on y est pas invité. D'où l'expression genkanbarai wo kuwasu (玄関払いを食わす) "fermer la porte au nez". 🙂

Sources : shinnikkei (origine et évolution du mot), Kotobank (dictionnaires japonais)

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur whatsapp
WhatsApp
Partager sur email
Email

3 réflexions sur “ Genkan (玄関) : la porte vers l’éveil devenue vestibule

    1. J’ai hésité à donner une explication sur l’emploie de 払い, je te la donne donc ici.
      Cela vient effectivement du verbe harau (払う) signifiant entre autres “payer”. Mais ce verbe dans son sens d’origine, c’est plutôt “retirer la poussière (épousseter), balayer, purifier, faire partir…”. Il s’écrivait d’ailleurs aussi 掃う (kanji 掃 du ménage).
      Donc ici, 玄関払い, c’est en gros “action de faire partir du vestibule”.

      食わす, c’est la forme vulgaire de 食べさせる (faire manger) dans les grandes lignes. Et comme le français “bouffer”, il peut avoir une connotation négative (se bouffer une branlée par exemple).
      Donc en résumé, 玄関払いを食わす, c’est littéralement “faire bouffer à quelqu’un un dégagement du vestibule”. ^^

Laisser un commentaire

Articles par mois
Derniers messages du forum