Futsû (普通) : la majorité décide t-elle de la normalité ?

Le mot "normal" interroge davantage qu'il n'instruit. C'est ce qui est conforme à la norme ? Habituel ? Ce que l'on voit dans la majorité des cas, qui ressemble à la moyenne ? Le terme japonais futsû (普通) est du même acabit, c'est à dire assez vague. On va partir de son sens originel pour voir comment il s'emploie à notre époque.

Significations du mots futsû

Futsû s'écrit en kanji 普通 où 普 désigne ce qui est "universel/général" et 通 "circuler/passer par". Si on regarde des termes anciens comme futsûwa (普通話) "mandarin" ou encore futsûsenkyo (普通選挙) "suffrage universel", on s'aperçoit qu'il signifiait à l'origine "répandu de manière très large/utilisé par le plus grand nombre". A partir de là, on peut donc grâce à un sondage déterminer ce qui est futsû ou non : mettre un sucre dans son café, se laver tous les jours...

On peut en conséquent y voir une dimension "objective", qui existe d'ailleurs quand on parle de quelque chose de courant. Nihon ni futsû no tori (日本に普通の鳥) "un oiseau courant au Japon". Mais c'est tout de même moins évident (courant par rapport à quoi ?) et si on aborde des sujets plus complexes comme une "famille normale" (futsû no ie), des critères forcément subjectifs font leur apparition. En effet, est-ce une famille qui ne fait pas de vague ? Qui gagne un revenu ni trop élevé ni trop faible ? Où il y a au moins un enfant ? On peut y mettre n'importe quoi !

Et pour compliquer les choses, un usage adverbiale particulièrement ambigu a fait son apparition dans les années 1980. Kono eiga ha futsû ni omoshiroi (この映画は普通に面白い) : ce film est "normalement" intéressant. J'ai bien mis des guillemets parce qu'on voit bien qu'ici, le mot "normal" ne marche plus. Il indique en fait une certaine retenue, un sentiment modéré. "plutôt intéressant... pas mal pas mal... assez sympa !".

Pour le train, futsû s'utilise en opposition à tokubetsu (spécial). C'est le "normal" qui s'arrête à toutes les gares.
Pour le train, futsû décrit une ligne qui s'arrête à toutes les stations. Pas de préférence quoi ! 😀

Dans la société japonaise, c'est bien d'être normal ?

Je commence par un proverbe japonais très connu mais qu'il est bon de rappeler : deru kui ha utareru (出る杭は打たれる) : on écrase le piquet qui dépasse. On peut donc en tirer qu'il vaut mieux être normal car ça fait mal de se faire écraser, hey ho ! Sauf que si on l'associe au proverbe "le faucon habile dissimule ses griffes", on peut y voir un autre sens : cette fois-ci, on nous demande pas d'être normal mais d'agir comme quelqu'un de normal. Même si on est en réalité "au dessus du lot".

C'est donc tout simplement une question d'apparence, ni plus ni moins ! Et au Japon, à moins que je me trompe, tout est fait pour qu'on ne puisse voir que le côté "normal". Et je ne parle pas uniquement du tatemae ("masque" que l'on utilise en société) mais du système en lui même. A l'école, on ne redouble pas, on ne saute pas non plus de classe. L'uniforme est utilisé dés le plus jeune âge, comme si on se devait d'inclure tout le monde "dans la norme" !

Sources : yamayoshi (réflexions sur le mot futsû), wikipedia (origine et généralités)