Furansu (フランス) : la France, c’est un pays que l’on doit respecter ?

Après avoir traité le cas de deux pays d’Europe (Angleterre avec igirisu et Pays Bas avec oranda), on s’attaque maintenant au plus difficile, à savoir la France. Pourquoi le plus difficile ? Et bien parce que c’est compliqué d’être objectif sur son propre pays pardi ! Je vais donc d’abord analyser brièvement le terme furansu (フランス/仏蘭西) pour discuter enfin d’un terme linguistique intéressant  : ofuransu (おフランス).

Analyse du mot furansu et petite histoire des relations franco-japonaises

Furansu s’écrit la plupart du temps en katakana フランス mais si vous lisez un journal japonais, il est très possible que vous tombiez simplement sur le kanji 仏. Il s’agit en réalité de la contraction de 仏蘭西 qui sont des ateji (kanjis décidés sur le tard). On les a choisi surtout pour leur prononciation. En effet, 仏 possède la lecture futsu (contracté en fu ici), 蘭 se lit ran (on l’avait vu dans oranda 阿蘭陀) et 西 su (lecture assez rare). Bon au final, ça ne veut pas malheureusement pas dire grand chose. A savoir “bouddha-orchidées-ouest“.

Cela dit, on peut s’estimer heureux d’avoir hérité de la contraction 仏 (bouddha). Pour l’Espagne par exemple (supein 西班牙/スペイン), ils ont eu le droit à 西 (ouest). Je vous vois déjà venir avec l’expression “totalement à l’ouest !”. :D. On remonte par ailleurs les relations franco-japonaises à l’année 1615 lorsqu’un samouraï japonais dénommé Hasekura Tsunenaga a débarqué à Saint Tropez. Peu de temps après, le français François Caron a fait le voyage inverse en 1619 en tant que cuisinier pour une compagnie hollandaise. Les clichés existaient donc déjà à l’époque ! ^^

Un dessin certes très cliché (et moche aussi) mais pas si éloigné de la vision qu’ont beaucoup de japonais de la France… :p

Ce qu’il est intéressant de noter, c’est qu’à l’exception de la seconde guerre mondiale, les relations franco-japonaises ont toujours été globalement bonnes. Sans prendre de risque, on peut au moins parler d’un intérêt réciproque. Notamment pour certains domaines comme l’art avec l’exemple célèbre de Monet et sa collection d’estampes japonaises. De nos jours, je pense que les japonais ont une “bonne” image de la France voir “trop bonne” pour certains. C’est ce qui explique en partie le fameux syndrome de Paris (trouble psychologique) occasionné par une vision idéalisée de la ville. Pas de chance, c’est sale et ça pue ! :S

Ofuransu : la France, un pays respectable ?

Lorsque j’étais étudiant à la Fac, un intervenant japonais nous a sorti une petite flatterie afin de nous mettre dans sa poche. Il a dit “nous les japonais, on porte beaucoup de respect pour la France. C’est d’ailleurs le seul pays avec lequel on peut placer le préfixe honorifique o. Cela donne ofuransu (おフランス)”. Dingue non ? Les japonais nous respecteraient donc autant ? En réalité, si on regarde l’étymologie du terme ofuransu, on est quelque peu étonné !

Le cas est effectivement bien documenté et la première personne a l’avoir prononcé serait… un personnage du célèbre manga Osomatsu-kun (1962). Celui-ci se nomme iyami (イヤミ), ce qui signifie entre autre “sarcasme/ironie”. C’est donc le type qui provoque le malaise autour de lui en se vantant sans cesse. Alors qu’il n’a jamais mis un pied en France, il s’évertue constamment à affirmer le contraire. Et c’est là qu’il prononce la célèbre expression ofuransu de ha (おフランスでは) “en France…”. Sous entendu “il y a ceci/cela, on fait ceci/cela”. Pour résumer, il parle de la France uniquement afin de passer pour quelqu’un de supérieur.

Sympathique ce personnage de Iyami non ? 😀

Finalement, cela participe encore une fois a donné une image positive de la France. Celle d’un pays raffiné où le bon goût règne. Lorsqu’on dit qu’on est parti voyager à Paris et au Mont Saint Michel (passage obligé des japonais), cela fait bien ! :D. C’est certainement ce qui explique pourquoi le terme ofuransu s’est popularisé : il faisait écho avec ce que pensaient et pensent encore de nombreux japonais sur le pays. Ça fait du bien à l’ego non ? :p

Sources : Ja.wikipedia (généralités), dic.nicovideo (à propos du terme ofuransu)

7 réponses

  1. Merci pour cet article !

    La première fois que j’avais vu les ateji pour France quand j’ai commencé à apprendre le japonais, je ne comprenais pas pourquoi on les avait attribués, pensant qu’il fallait se baser sur la signification. Forcément, 仏 c’est cool mais ça n’a quand même rien à voir avec la culture française 😀

    Pour les relations franco-japonaises et plus précisément les personnes qui ont marqué ces relations, on peut citer aussi Jules Brunet, le fameux “dernier samourai” dont l’histoire a inspiré le film du même nom (Cocorico ! lol)

    PS : juste une petite coquille : “[un] le français Caron”

    1. Ah les ateji… Dans l’article, j’ai précisé “surtout” pour la prononciation parce qu’il y a quand même un choix parmi plusieurs kanjis avant de tomber sur 仏. On aurait pu par exemple employer 富 qui se prononce également “fu”. Donc malgré tout, je me demande si à la fin, on prend pas celui qui colle le mieux au pays.
      Bon cela dit, j’ai aussi du mal à avoir le rapport entre la France et 仏. A part que le bouddhisme est une des religions les plus “libres” (France et liberté… :p). Mais bon, c’est un peu tiré par les cheveux pour le coup ^^. Ou alors ils voulaient peut être exporter le bouddhisme en France à ce moment là, qui sait… ah ah.

      Merci d’avoir signalé la coquille sinon ! 🙂

  2. “Kanjis décidés sur le tarD” non?!

    Comme d’hab merci pour ton article. Mon réveil sonne, je lis ton article et je me prépare seulement
    pour accompagner mon fils à l’école et aller au boulot…. .
    Je voyage chaque matin depuis mon lit grâce à toi.
    Merci Guilhem.

  3. Bonjour et merci pour ce travail intelligent et parfaitement documenté. J’aimerais vous faire un petit cadeau, en espérant qu’il vous amusera… À quelle adresse mail puis-je vous l’envoyer ? Cordialement, Thierry Leroux.

Laisser un commentaire

Derniers messages du forum