Le japonais dans tous les sens

Chirashi (チラシ) : le prospectus, une chose qu’on disperse

Quelle idée d’écrire un article complet sur le mot “prospectus”. Comme si on en avait pas déjà marre d’en recevoir sans l’avoir demandé ! (`・ω・´)
Pourtant en japonais, chirashi (チラシ) possède une petite particularité : il s’écrit presque tout le temps en katakana. Pas la peine de chercher un mot en anglais, français, allemand ou encore portugais y ressemblant de près ou de loin puisqu’il ne s’agit pas d’un emprunt. Comment en est-on arrivé là alors ?

Origine du mot chirashi et usage aujourd’hui

Selon le Nihon Kokugo Daijiten (toujours lui !), notre mot chirashi désignait au départ (début du XVIIe siècle) au “fait de disperser/éparpiller“. Il proviendrait effectivement directement du verbe 散らす (chirasu) signifiant bien “disperser”. C’est par exemple le vent qui disperse les pétales. Il faut donc imaginer que quand chirashi a pris le sens de “prospectus” une centaine d’année plus tard, cela sous-entendait “les choses que l’on disperse un peu partout pour faire de la pub”.

Concernant son écriture, il faut savoir qu’au départ, c’était soit en kanji seul (散) soit en kanji + hiragana (散らし). Je précise bien dans le sens “prospectus” puisqu’en japonais, chirashi possède bien d’autres significations (le Nihon Kokugo Daijiten en donne 17 !). Je vais uniquement citer celles employées aujourd’hui :

  • ちらし寿司 (chirashizushi) que l’on abrège souvent en ちらし (chirashi). Il s’agit littéralement de “sushis éparpillés”, en voici une photo :
source : wikipédia
  • 散らし髪 (chirashigami) : il s’agit de cheveux (髪 kami) qu’on laisse pendre sans chercher à les coiffer.

Vous remarquerez que l’un dans l’autre, il n’y a pas de traces de katakana. Pourquoi ne les réserver qu’aux prospectus ? D’après mes recherches, voici la raison principale.

Celle-ci résiderait dans le fait qu’à partir de l’ère Meiji et l’apparition des journaux et magazines (dés 1872), la quantité de chirashi a augmenté exponentiellement. En plus de les distribuer (チラシを配る chirashi wo kubaru), on les glissait donc dans les périodiques. C’est aussi à la même époque que le système postal japonais voit le jour, ce qui a participé à leur propagation. Ainsi, cette augmentation en quantité aurait entrainé la graphie particulière チラシ afin de placer ce sens de “prospectus” à part des autres.
De plus, comme il s’agit d’un nom commun, l’écrire en hiragana ちらし rend la phrase plus difficile à déchiffrer puisque les particules autour sont déjà en hiragana. La logique est un peu similaire avec manga qu’on écrit plus souvent en katakana マンガ qu’en hiragana まんが.

Sources : Gendai nihongo ni okeru katakana shiyô no jittai to sono haikei (étude de 2018), crd.ndl.go.jp (infos complémentaires)

Guilhem Walter

Guilhem Walter

C'est moi le rédacteur (actuellement unique) du blog Kotoba.

3 réponses

  1. Super intéressant 🙂
    J’ai d’ailleurs remarqué parfois que certains mots étaient écrits en katakana alors que je les ai appris en hiragana.
    Par exemple ” すてき” je le vois souvent en katakana lorsque des gens laissent des commentaires en-dessous d’articles sur Instagram par exemple. Y’a-t-il une raison à cela ?

    1. Salut 🙂

      Alors c’est un sujet plutôt complexe et qui n’est donc pas facile de résumer simplement. Disons qu’en règle général, l’usage des katakana quand d’autres graphies sont possibles (すてき ou 素敵 pour suteki) permet d’ajouter une touche plus légère. 素敵 tout en kanji renvoie à une image un peu plus plus formelle. Donc quand on veut simplement donner ses impressions sur Instagram, ステキ en katakana est souvent préféré. Après la préférence pour telle ou telle graphie est aussi liée aux habitudes d’usage (peut-être qu’on trouvera ça bizarre d’employer les hiragana dans 20 ans), aux codes du milieu… Je crois que sur les réseaux sociaux, on privilégie assez souvent les katakana.

      En autre exemple similaire, il y a kirei qui s’écrit 綺麗 en kanji mais comme ceux-ci sont pas simples à tracer, il arrive souvent qu’on privilégie きれい ou キレイ. Là encore, les explications que j’ai trouvées est que pour キレイ, c’est davantage pour adoucir le propos ou encore pour décrire des choses modernes (les katakana sont aussi associés à la modernité).

      Voilà voilà, j’espère avoir pu répondre à ta question oO

      Guilhem

Laisser un commentaire

Derniers messages du forum