Chabashira (茶柱) : la légende de la tige de thé flottante

Grâce à vos différents messages sur ma boite mail, il arrive que j’écrive un article sur un mot auquel je n’aurais jamais pensé. C’est le cas aujourd’hui avec le chabashira (茶柱) qui désigne une tige de théier. Mais pas n’importe laquelle puisqu’il faut qu’elle flotte à la verticale dans le thé pour se voir attribuer ce nom. Et de voir des légendes naître autour… 😀

Origine du mot chabashira et prophéties autour

Chabashira s’écrit en kanji 茶柱 où 茶 signifie “thé” et 柱 “pilier/poteau/colonne”. On est ainsi dans un premier temps surpris par le choix du kanji 柱 vu qu’il y en a un autre plus approprié pour la tige, 茎 (kuki). Cependant, comme on cherche à désigner spécifiquement une tige qui flotte à la verticale (voir photo en dessous), 柱 fonctionne bien. En effet, sauf preuve du contraire, un pilier/poteau se tient en principe debout ! ^^
Première question qui vient à l’esprit : d’où vient-elle ?

Voici un chabashira flottant à la verticale. Dingue non ? 😀

Déjà, on ne peut pas l’obtenir avec n’importe quel thé. Le plus connu pour en produire est le bancha (番茶), une variété de thé vert commun. On laisse ainsi infuser les feuilles avec de l’eau chaude dans une chakoshi (茶こし “passoire à thé”). Et si cette dernière a les trous suffisamment gros, il arrive qu’une tige passe à travers. Normalement, la logique voudrait qu’on s’en débarrasse mais comme c’est un imprévu assez rare et pittoresque, une légende s’est créé autour. Chabashira ga tatsu to engi ga yoi (茶柱が立つと縁起が良い) : lorsque la tige s’élève, c’est de bon augure.

Il existe après différentes versions comme celle où il faudrait boire son thé avant que les autres n’aperçoivent la tige pour que ça marche. Sûrement l’invention d’un petit farceur se délectant de voir ses invités se brûler la langue ! :D.
Par ailleurs,  on soupçonne les vendeurs de thé d’être à l’origine de ce présage. En effet, cela aurait été un stratagème pour mieux vendre le thé de seconde qualité nibancha (二番茶) vu qu’on a davantage de chance de tomber sur un chabashira avec ce dernier (plus friable car plus vieux). Diabolique ! 😀

Et voilà le travail avec le chabashira-engicha ! 😀

De nos jours, étant donné que les passoires ont des trous plus fins, il est devenu plus difficile d’obtenir cette tige. Heureusement, l’entreprise engicha-honpo a trouvé une solution en mettant en vente le produit chabashira-engicha (茶柱縁起茶). Présenté sous forme de capsule, il vous permet d’obtenir à coup sûr une tige porte bonheur. Ce qui n’a plus aucun intérêt mais tant que ça se vend ! 😀

Sources : ja.wikipedia (généralités), matome.naver (origine des légendes)

3 réponses

  1. Bonjour. Pour ma part , je bois souvent du bancha que je laisse infuser dans une vieille théière chinoise en porcelaine. Les trous sont assez gros et souvent je retrouve une petite tige flottant de cette façon.Je ne connaissais pas cette prophétie. Lol. Arigatou

    1. J’ai eu la même réflexion en fait… Mais je pense que c’est surtout parce que 立つ a un sens plus vaste que simplement “être debout”.
      Là je viens de lire la définition dans mon dico électronique et il donne en sens premier “qui apparaît distinctement/qui est bien visible”.
      Du coup, il faudrait traduire ma phrase par “quand le chabashira pointe le bout de son nez…”.
      Mais c’est assez ambigu vu qu’il est debout aussi techniquement ! Le mieux est surement le verbe se lever, je vais mettre ça tiens. Merci :p

Laisser un commentaire

Derniers messages du forum
Kotoba
こんにちは
Kotoba
気触れる